Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 13:21
Je ne connaissais encore aucun roman de Jean-Christophe Rufin.  Il y a 1 an, dans un salon du livre, j'ai choisi ce titre vanté par Bill,. C'est donc un exemplaire dédicacé que j'ai lu. Ce qui ne change rien au texte, mais bon moi ça me fait plaisir!




Depuis 46 ans la vie de Catherine est terne. Pas d'enfance affectueuse, aucun amour assez fort pour concevoir; seul son travail lui donne quelques satisfactions...
Elle ne se repose jamais, mais une année ses vacances sont lui imposées. Elle s'envole, alors, pour le Brésil où réside son amie d'enfance.
Le soleil, la mer et Gil, un jeune homme à la beauté exotique, vont ôter à Catherine tout discernement ...



La première partie du roman m'a littéralement captivée. La montée de la passion amoureuse chez l'héroïne, crée une histoire à la fois sensuelle et intrigante. L'atmosphère est chaude, rythmée à l'image des plages et musiques brésiliennes. Un vrai bonheur à lire, alors qu'il pleuvait derrière mes fenêtres!

Mais j'ai désenchantée ensuite. L'amoureuse devient non plus soumise mais complètement assujettie. Sa descente aux enfers est si vertigineuse que son histoire m'est apparue comme exagérée et aberrante. Je n'en finissais plus d'être agacée et énervée par le comportement aveuglé de Catherine.

Sans doûte suis-je un peu trop féministe pour ce récit...


Antigone, elle, a plutôt compati devant la douleur de Catherine.


Editions Folio et Gallimard  
Crédit couverture: Edition Folio et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Marc 14/06/2008 11:45

Je comprends parfaitement ta réaction face à la descente aux enfers de l'héroine du roman. Cela paraît pafois un peu difficile. Toutefois, pour ma part,  j'ai parfaitement marché avec. Un bon roman.

Anne 14/06/2008 15:44



Nos diversités font la richesse de nos blogs, alors merci d'avoir le temps de me donner ton avis.



Joelle 05/05/2008 10:10

J'ai Rouge Brésil dans ma PAL (encore le Brésil ... l'auteur aurait-il un amour particulier pour ce pays ?). Mais ce titre ne me tente pas vraiment ... je crois que Catherine m'énerverait !

Anne 05/05/2008 14:54


Moi j'en suis sûre ;-D


sarah 28/04/2008 14:47

voici un livre qui m avait "happé". J ai trouvé l'écriture vraiment agréable et l'histoire... ... comment dire?? oui, c'est poussé à l'extrême, moi aussi j avais envie de la bousculer cette femme, de la secouer.. mais je pense qu il y a quelque chose de vrai dans tout ça.. elle est naive, elle est en mal d'amour elle est aveuglée.. elle se laisse entrainer par la passion ( à sens unique bien sur, mais la passion quand même). et puis n'est ce pas le rôle d'un livre que de pousser les choses, les entiments et les êtres à l'extrême?Et du coup je note aussi l'Abyssin! merci!

Anne 29/04/2008 15:51



Je partage tout à fait ton avis sur le rôle d'un livre, mais avec celle-ci la "mayonnaise" n'a pas prise...
Merci Sarah d'avoir pris le temps de rédiger cet avis que j'ai trouvé très interessant.



pom' 25/04/2008 08:17

je n'ai jamais ouvert un de ces livres; une appréhension, persuader à l'avance que je vais pas aimé, ton avis confirme mes a priori

Anne 25/04/2008 12:59


Son style est bien pourtant, c'est pourquoi, moi, j'essairai de lire un autre titre.
J'ai quelques a priori moi aussi ;-)


bel-gazou 24/04/2008 15:39

allons bon! je ne sais qu'en penser, allez, je passe mon tour..

Anne 24/04/2008 16:18



Ou note "L'Abyssin" que nous conseille chaudement Antigone ;-)



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone