Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 09:13

T S

Je viens encore de découvrir un auteur via nos blogs. Cette fois il s'agit de Fabrice  Vigne, et c'est à Sylire que je le dois.



Un adolescent, en thérapie, doit parler avec  son psychiatre. Amoureux des mots, soucieux de les employer à bon escient, il ne sait, néanmoins, pas les dire.
Alors, le médecin, lui demande de les écrire .
Le jeune homme réussi enfin à communiquer, à exprimer son malaise.



Je ne sais pas si l'auteur a voulu écrire pour un lectorat adulte ou adolescent, mais à moi, femme bien mûre, il m'a plu!

Ce journal intime a, pourtant, réveillé les mauvais souvenirs de mes 14 ans: cette impression d'être différente, la difficulté de s'intégrer (le chapitre sur les bandes de collégiens m'a serré la gorge très fort), l'ennui encore et toujours, les nuits sans sommeil, l'impression de ne pas pouvoir aimer les siens, l'importance de la meilleure amie et la difficulté à la garder quand l'une redouble.

Ce texte a ravivé mes affres de la puberté, mais l'émotion ressentie est restée tendre. Peut-être parce que ce temps-là est bien loin derrière moi...

La structure du récit est parfaitement bien construite. L'adolescent se dévoile tout  doucement créant ainsi une intrigue pas vraiment intense mais accrocheuse quand même.

Je mettrais un bémol sur les 2 derniers chapitres qui m'ont semblé "artificiels", trop simples; décalés par rapport au style recherché de l'ensemble. Mais c'est un petit, tout petit bémol.

Antigone qui a trouvé ce roman très riche, a envie, tout comme moi, de lire d'autres titres de Fabrice Vigne. Sylire nous conseille particulièrement "Les Giètes".


Editions L'ampoule
Crédit couverture: Editions L'ampoule et Fnac.fr
Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Je n'ai lu que "Les Giètes" de cet auteur (que je recommande aussi !) mais "TS" m'attend dans ma PAL :)
Répondre
Y
Je crois avoir déjà noter cet auteur et là je suis définitivement convaincue Anne :-)
Répondre
A


J'espère bien!



J
Anne, celui-là, c'est mon chouchou ( l'auteur + le livre ) - c'est un livre très très fort
Répondre
A


En effet, certains passages sont si forts que j'ai vraiment eu l'impression de retrouver certaines de mes émotions d'ado'. Et pourtant je parle du plaisir de lire ;-)
Quant à l'auteur, Sylire a eu la chance de le rencontrer...la veinarde!



A
Une découverte intéressante ! Merci encore à Sylire ! Et un auteur à suivre...très certainement. Personnellement, j'ai bien aimé la fin. Les attentes sont parfois différentes !!!
Répondre
A


Je dois être trop titilleuse moi! Je pense que le ton léger m'a semblé un peu fade par rapport à l'écriture si riche si travaillée de l'ensemble du roman.



M
OK,et merci Anne !
Répondre
A

Il part cet aprem'. Bonne lecture!


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone