Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

25 février 2006 6 25 /02 /février /2006 15:48

J'ai beaucoup aimé "Le malheur d'aimer". C'est le premier ouvrage de Claude Roy que je lis, et je suis conquise par son écriture à la fois simple et poétique, sa façon insidieuse de donner matière à réflexion. Avec ce roman, j'ai cru tout d'abord lire une belle histoire d'amour, mais j'ai été poussée, en catimini, à méditer sur le sentiment amoureux.

Je note ici un passage qui est le reflet exact de ce que je ressens quand j'aime. Et je suis toujours émue quand un auteur retranscrit des émotions qui sont aussi les miennes.

"Il est des êtres auprès desquels on se dit qu'on ne se sent pas soi-même. L'amour, c'est exactement le contraire, radieux, de ce sentiment obscur qui nous donne l'angoisse de ne pas nous habiter entièrement, d'être un autre que celui que nous sommes. Auprès d'Anna, grâce à Anna, il se sentait enfin lui-même. Qu'un être nous soit donné, c'est doublement une coïncidence, celle qui autorisa sa rencontre dans la foule des vivants, et celle qui nous permet enfin l'illusion précaire de coïncider avec nous-même."

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone