Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 13:25

Voilà 3 semaines que je suis dans ces bouquins de Armistead Maupin. La 1800ème et dernière page est finie depuis ce matin.



Il y a bien longtemps que je n'avais pas lu une histoire aussi longue, et j'ai une drôle d'impression: j'oscille entre le "je vais enfin pouvoir passer à autre chose"  et un sentiment de vide en quittant tous ces personnages, une petite pointe douloureuse comme une rupture sentimentale. Vous qui suivez à la télévision des séries ou sitcoms (ce à quoi s'apparentent ces "chroniques") vous devez, je pense, éprouver ce genre de sensation quand une saison se finit.


Du 1er tome paru à la fin des années 70 au 6ème en 1998 la vie, le destin des personnages s'entrecroisent au fil des coïncidences, de leurs rencontres, de leurs sentiments. Ils vivent les uns près des autres, à San Francisco où les moeurs se libèrent tout près d'une caste bien pensante et conservatrice.
De la génération "post Vietnam" à celle touchée par le Sida, ces romans sont une mine d'informations pour comprendre l'évolution de la sociètè américaine.



Mais si j'ai appris beaucoup, j'ai aussi beaucoup ressenti! Impossible de vivre tant de jours auprès de personnages sans s'y attacher! J'ai décelé en eux une partie de moi ou ce que j'aimerais tant trouver chez des amis. Quelques soient leurs motivations, leurs actes ou leur sexualité aucun n'est détestable (au pire, il suscite la moquerie). Que Maupin mette tant d'affection à faire vivre ses personnages ne pouvait que donner naissance à un texte tendre et plein d'humour.



Malgré mon engouement, du début à la fin, pour ces aventures San Franciscaines, j'ai moins accroché aux tomes 5 et 6.
Les chapitres des premiers sont courts, percutants avec plusieurs intrigues palpitantes entremêlées, qui donnent un rythme de lecture haletant. Les derniers s'étoffent de détails, s'attardent plus sur la psychologie des personnages au détriment de l'histoire: la lecture en devient moins captivante.
Quant à la description de la commuauté homosexuelle, elle m'a semblée au fils des dernières pages de plus en plus caricaturale. Mais peut-être est-ce moi, ici, en France qui suis ignorante de la réalité américaine?




Anna, Mickael, Mary-Ann, Brian, Mona et tous mes autres amis continuent de vivre dans un tome 7 ("Mickael Tolliver est vivant") paru il y a quelques mois.

Est-ce que j'ai envie de le lire? Quelle question! Bien sûr que OUI!


Je sais ce billet déjà trop long, pourtant j'y ajoute un extrait. Là, prenez-vous en à Bellesahi: elle m'a taguée!


TAG
Je dois saisir le livre le plus proche, l'ouvrir à la page 123, chercher la cinquième phrase et recopier les quatre phrases suivantes...puis taguer 5 personnes.


"Le gosse était tout, à présent. Ce petit bonhomme en cours de fabrication avait transformé sa vie du tout au tout et lui avait donné une raison de se lever le matin -- ce qui en soi tenait déjà du miracle!
Il fit une petite pause et se prépara un sandwich qu'il mangea dans la petite maison sur le toit tandis qu'un pétrolier à la coque tout oxydée glissait silencieusement sur l'immense étendue bleue de la baie. Au-dessus des tuiles ocre de l'Institut d'Art, un cerf-volant aux couleurs de l'arc en ciel dansait dans le vent."

Avis à ceux désireux de partager les mots qu'ils lisent en ce moment....


Jules a lu le premier tome (mais qu'est-ce que tu attends pour continuer?!) , ICB le 7ème et a même interviewé Armistead Maupin.

Merci à toi "gentil-donateur-un-moment-anonyme" de m'avoir offert  toutes ces heures de bonheur.


Crédit photos: Edition 10/18 et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Stef 07/08/2008 10:42

Je n'y manquerai pas !Je viens de recevoir le 6ème volet, pour le moment. Problème ? Je n'ai pas encore reçu le 5... Les joies des commandes internet !

Anne 07/08/2008 14:00


:'(((((((


Stéphane 02/08/2008 17:43

Je me permets d'ajouter un petit commentaire pour y aller, moi aussi, de mon avis, sur cette sage.Il sera bien incomplet, certes, je viens d'achever la lecture du 4ème tome. J'avoue avoir été dérouté au début de ce "dernier" tome. Les descriptions du milieu homosexuelles se font, comme tu le dis, Anne, un peu trop caricaturale par moment (et je peux en parler, je ne suis pas américain mais... je connais le milieu lol, du haut de mes 20 ans). Parfois, les descriptions d'actes ou autres parties du corps sont embarrassantes, mais, très vite, je me suis repris, m'y suis replongé, et j'ai dévoré, à nouveau, un volet de cette saga.Je viens de commander les volets 5/6/7. J'aurais pu les acheter en même temps que les premiers, mais après la lecture du premier tome, j'ai senti que tout irait très vite, et j'ai donc choisi de les acheter par étape, afin que les 3 derniers tomes m'accompagnent en vacances.Quoi qu'il en soit, cette saga est vraiment fabuleuse. Je me suis attaché aux personnages à vitesse grand V, et redoute déjà le moment de leur dire "adieu", dans le dernier volet.Allez, trève de bla bla, je ne pensais pas pondre un commentaire aussi long, je m'en vais visiter le reste de ton blog :)

Anne 04/08/2008 09:51


Mais permets-toi Stéphane!!! Ton commertaire est très interèssant! Tu viendras me dire ce que tu as pensé du tome 7?


Marie-Anne 22/06/2008 19:05

J'ai beaucoup aimé aussi ses Chroniques. Certes pour l'histoire et les personnages mais aussi, parce qu'elles m'ont permis de faire un retour en arrière, dans les années 70-80 de mon enfance. Je viens d'acheter le dernier tome mais pas encore lu!

Anne 23/06/2008 07:49


J'ai trouvé interessant de suivre, vie ces personnages, l'évolution d'une certaine société américaine. Je ne résisterais pas, moi non plus à ce tome 7.


Joelle 22/06/2008 01:23

Cette série fait partie de mes favoris de lecture à vie ! Je me suis attachée complètement aux personnages, je l'ai lue, relue, noté des passages ... je suis complètement acquise à ces chroniques ;)

Anne 23/06/2008 07:47



Je n'ai pas encore assez de recul pour savoir si elles resteront "favories à vie", mais je suis sûre qu'elles n'en seront pas loin!



In Cold Blog 17/06/2008 10:00

Te voilà désormais "initiée" à ces fameuses Chroniques :o)C'est aux tomes 4 et 5 que j'avais ressenti un "coup de mou" mais mon enthousiasme originel était reparti avec le tome 6. Il ne te reste plus qu'à t'atteler au tome 7, en attendant le tome 8 qui ne saurait tarder...

Anne 18/06/2008 09:06



Le 4 ça allait encore, mais le 5 j'ai failli abandonner. Comme toi le 6 m'a redonné le plaisir de ces Chroniques.
Un 8ème? C'est une histoire sans fin?...tant mieux ;-D
Encore merci pour cette initiation ;-)))



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone