Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 09:00

Je lis rarement d'autobiographie, surtout de quelqu'un dont je n'ai jamais entendu parler!
Mais celle de Marie Chaix publiée avec une jolie couverture sépia et une 4ème bien alléchante m'avait fait de l'oeil dans une bouquinerie.



Marie a publié plusieurs romans dont un inspiré de l'histoire de son père ancien collabo.
Quand son éditeur meure brutalement, elle croit n'avoir plus personne pour qui écrire. Alors pendant 10 ans son inspiration la fuit. Jusqu'au moment où elle doit se rendre à l'évidence: ce deuil n'est pas la seule raison de ces pages blanches.
Elle va donc se raconter pour libérer les mots qui continuent de sommeiller en elle.





Ce journal intime est absolument magnifique: sincère mais tout en pudeur. 

Il raconte la tendresse d'une femme pour sa famille déchirée, endeuillée. La difficulté aussi de vivre avec elle-même, quand son bonheur sacrifie celui des siens.
Marie porte et transmet beaucoup d'amour à ses 2 filles, son gendre, son petit fils. Pourtant ses failles d'enfance sont trop profondes pour que ses sentiments s'harmonisent, lui offrent une vie douce.

J'ai tant aimé l'écriture, la sensibilité de Mari Chaix que je n'ai plus qu'une envie: celle de lire ses fictions. "Les lauriers du lac de Constance", "Les silences ou la vie d'une femme" ou encore, entre autres,  "Le fils de Marthe".

Je suis curieuse, aussi, des titres publiés par son gendre Richard Morviège:"Un petit homme de dos" ou "Mon petit garçon".
Peut-être certains les ont-ils déjà lus?

Avec un livre qui donne le désir d'en acheter 5 ou 6 autres; ce n'est pas encore demain que ma LAL diminuera....


Emue, Cathe a chroniqué cette autobiographie de Marie Chaix ici et l'un de ses romans.
Clarabel a jugé sa  lecture éblouissante.


Je partage avec vous l'une des belles phrases de ce texte:

"Les pierres qui vous pèsent sur le coeur, il ne faut pas les lancer comme des pierres, ça fait trop mal et ça peut tuer. Il faut les transformer en mots et se les échanger. Parler, manier le langage. Les silences sont des pierres qui tuent."

Editions du seuil et Points 
Crédit photo: Edition Points et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

alma 27/12/2009 10:10


J'ai lu, il y a deux ans "l'été du sureau". J'avais emprunté cet ouvrage dans une bibliothèque. Je me souviens du passage où M.Chaix fait une description des fleurs de sureau, images
magnifiques de dentelles crèmes.... Quelqu'un pourrait-il me retrouver ce passage superbe ? Merci


Aliénor 18/07/2008 11:47

Je viens d'apprendre par hasard que Marie Chaix est la soeur d'Anne Sylvestre.

Anne 18/07/2008 16:21



Je l'ai appris en lisant ce livre.



sylvie 28/06/2008 10:21

tu me donnes envie de découvrir cette auteur et de commencer par ce journal intime. Je viens de lire un recueil de lettres ( des enfants à leur mère), genre que je lis pas ou peu, et j'ai vraiment passé un bon moment ... un journal intime, ça me tente!

Anne 29/06/2008 09:59


Là le journal intime est utilisé comme une thérapie, et c'est émouvant.


Cathe 25/06/2008 09:35

Merci pour le lien. Ce livre m'avait en effet beaucoup intéressée et j'avais lu dans la foulée "Les lauriers du lac de Constance" !

Anne 25/06/2008 12:14


J'ai bien l'intention de le lire aussi!


Françoise 20/06/2008 06:57

J'ai lu le livre de Marie Chaix sur Barbara. Il est tout-à-fait dans son style, très discret et respectueux, rien à voir avec ce que l'on nous sert habituellement dans ce genre de bouquins. Moi qui suis fan de Barbara, j'ai apprécié.

Anne 20/06/2008 08:31



Merci d'avoir donné ton avis, dans lequel j'ai plus confiance que dans les critiques pro'



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone