Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 10:00

Nous sommes plusieurs blogueurs à avoir reçu ce roman de Déborah Moggach, dans le cadre d'une opération promotionnelle.





Ravi, un médecin urgentiste anglais, d'origine indienne confie à Sonny, l'un de ses cousins de passage à Londres, son exaspération. Le père de son épouse, trop vicieux, a été une éième fois expulsé d'une maison de retraite et s'incruste chez lui.
Solidaire et opportuniste Sonny va faire d'1 pierre 2 coups: débarrasser Ravi de son beau-père et faire des bénéfices en construisant une maison pour les retrairés britanniques en Inde...



La première partie de ce roman me semblait bien prometteuse. Sous un humour de bon goût, les thèmes abordés étaient à la fois sympathiques (un vieux sans-gêne qui prend ses aises dans le couple de sa fille, les pensées coincées des anglais, la dérision de la ménopause...) et intéressants (les failles du système de santé en Angleterre, l'isolement et la solitude des personnes âgées en banlieue...). Mais la seconde partie, qui se déroule dans la maison de retraite indienne m'a franchement ennuyée, même si quelques sourires m'échappaient ici et là. La description de l'Inde, de ses coutumes aurait demandé à être plus approfondie, personnages restent trop superficiels.

Finalement je me suis beaucoup plus attachée aux enfants qu'aux vieillards. Ce qui ne devait pas être le but de cette histoire...

Dommage aussi, les rares rebondissements de l'intrigue nous sont dévoilés ou laissés grandement devinés avant leur arrivée.

Une lecture que j'ai estimée globalement plus moyenne que distrayante.
Pour ceux qui sont tentés, attendez de trouver ce poche en occas' dans une bouquinerie de vacances.

Lily l'a trouvé pétillant et drôle, Clarabel croquignolet (j'adore cet adj!) mais fugace.
Et aujourd'hui même, Tamara le suggère en lecture estivale.

Editions Livre de Poche et Editions de Fallois
Crédit photo: Editions de poche et Fnac.fr

PS: Merci aux éditions du Le Livre de Poche...pas sûr, après ce billet, qu'elles me reproposent une offre promotionnelle!!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Aliénor 18/07/2008 11:45

J'aimerais bien moi aussi recevoir des livres dans le cadre d'une opération promotionnelle ! Aviez-vous fait quelque chose de particulier ?

Anne 18/07/2008 16:21


Non pas tout! Mon blog a maintenant 2 ans et demi, avant ces quelques derniers mois, personne ne m'avait contactée.


Alice 15/07/2008 09:07

Et bien moi aussi je te rejoinds Anne ! J'ai pas aimé non plus !

Anne 15/07/2008 18:02


Oui, j'ai vu ton billet!


Joelle 08/07/2008 20:22

Je viens de le finir cet après-midi et j'ai rédigé mon billet avant de venir lire les votres ! Je suis étonnée de voir que je suis une des rares à avoir bien aimé !

Anne 09/07/2008 08:45


Je ne crois pas que ceux qui ont aimé sont si rares...


clarinette 07/07/2008 11:48

Je ne l'ai pas encore tout à fait terminé mais j'ai été plutôt agréablement surprise. J'ai fini par m'attacher aux personnages et j'ai bien aimé la partie en Inde.

Anne 07/07/2008 17:23



Moi, c'est plutôt les chapitres en Angleterre qui m'ont plu...comme quoi...



Michel 06/07/2008 11:06

Les remerçiants pour le livre, je leur ai envoyé un courriel pour leur préciser que je ne ferai pas de critique... car il m'arrive d'être excessif (et j'aime ça)Ils ont répondu qu'ils comprennaient ma position !Mais au vu des critiques diverses, je pense qu'ils ferraient mieux de choisir leurs livres avec plus de soin pour ces opéraions de pub

Anne 06/07/2008 11:26


Remarque si tu aimes, l'excès aurait pu les servir ;-D


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone