Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 09:15

Ce livre fait partie des rares que je ne finirai pas. A la 240ème page, je déclare forfait! Ce roman annoncé comme drôle, m'a écoeurée jusqu'à la nausée.

Une jeune diplomée décroche un job dans un prestigieux magazine de mode, et se fait harceler par la rédactrice en chef. Au fil des pages, ce n'est que descriptions des caprices incessants et ridicules d'une femme immonde, des efforts de l'assistante soumise pour les satisfaire.

L'abus de pouvoir, la faiblesse d'une employée, le gaspillage d'argent dans le milieu de la mode...non, je n'ai  pas trouvé ça amusant du tout.

J'ajoute que, par curiosité, j'ai lu les 20 dernières pages...pas de regrets...c'est le sacro-saint happy-end ridicule.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

akialam 16/11/2007 14:33

J'ai vécu une expérience un peu comme ça, c'est pour ça, ça me fait rire ce livre, et en même temps, je comprends ce qu'elle peut ressentir

hydromiel 30/04/2007 15:04

J'ai bien aimé ce livre. Le film est également très chouette, mais s'il ne ressemble pas vraiment au livre. Disons que le fil conducteur reste le même, mais pour le reste, le réalisateur à pris des libertés, qui sont plutôt chouettes et rigolotes.

Asseline 06/04/2006 12:13

Moi également, j'ai été ravie de trouver quelqu'un de mon avis !

Aux dernières nouvelles, même les 10 dernières pages ne "passent" pas ! Je lis 5 lignes et le livre me tombe des mains. Je ne comprends vraiment pas l'engouement de certains lecteurs pour cette auteure médiocre. (Oups ! Je ne sais pas si l'Académie Française ratifie le féminin d'auteur en auteure... Tant pis, j'ose quand même...)

Consolons-nous en pensant que ce livre finira à la poubelle, ou à la cave, ou revendu, bref, qu'il n'encombrera pas les étagères de nos bibliothèques (déjà débordantes !)
:-))

Anne 03/04/2006 08:17

Merci pour ton commentaire, il m'a rassurée!  J'ai lu sur d'autres blogs de bonnes critiques de ce livre, et je commençais à avoir d'énormes doutes sur mon sens de l'humour!
Là, avec toi, je me sens un peu moins seule...

Asseline 02/04/2006 14:21

Moi, j'ai calé page 167 !!

J'ai trouvé ce livre vraiment mal écrit et le thème, qui, au départ, m'intéressait réellement (j'ai connu moi-même des situations professionnelles ahurissantes !) très mal traité. Je me suis ennuyée à toutes les pages, et je n'ai même pas eu la curiosité de connaître la fin.

Mais après avoir lu vos commentaires, je vais peut-être aller voir les 10 dernières pages. Peut-être...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone