Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 11:20
Ce roman anglais de Maggie Gee est un livre voyageur de Cathulu.





Le fils de Vanessa est devenu dépressif. Il ne veut plus travailler, ne se lève plus de la journée, s'alimente difficilement. En désespoir de cause, sa mère contacte son ancienne nounou africaine Mary. Celle-ci repartie en Ouganda, accepte de revenir à Londres pour essayer de soigner celui qu'elle a toujours considéré comme son propre fils. Mais là n'est pas sa seule motivation...



Je lis toujours avec plaisir l'humour anglais, et celui-ci n'a pas fait exception. Plus subtil que celui de Nick Hornby par exemple, il n'en reste pas moins sarcastique.  

L'ougandaise a partagé et assimilé, pendant des années, les idées européennes sans pour autant perdre sa philosophie natale. Le  féminisme anglais moderne est donc, ici, opposé au tempérament africain et le résultat est franchement très drôle!

Vanessa et Mary deviennent, avec cette confrontation de leur culture au quotidien, des personnages plein de panache et fort attachants.

Le déroulement de l'histoire, par contre, ne m'a pas réellement captivée. Une intrigue plus pimentée aurait été la bienvenue; le petit plus pour faire basculer mon avis du "très bien" au "coup de coeur".

Cathulu considère que ce roman brosse deux magnifiques portraits de femmes, et je partage complètement cette appréciation.

Editions Belfond 
Crédit couverture: Editions Belfond et Fnac.fr

Cet extrait là m'a littéralement fait éclater de rire. Si vous voulez savoir ce qui l'entoure y'a plus qu'à...!

C'est Mary qui parle de Vanessa:

"Elle était tout le temps là, avec ses yeux pales qui me fixaient. Si bien que je ne pouvais pas lire ses lettres, ni explorer ses tiroirs (d'ailleurs très mal rangés, quand par hasard j'y jetais un coup d'oeil), ni essayer ses vêtements ou ses colliers, ni téléphoner à mon Omar, ou appeler l'Ouganda comme faisaient les autres femmes de ménage, ni regarder la télé avec Justin puisque, d'après sa mère, la télé pourrissait le cerveau. Je ne pouvais pas boire une tasse de thé dans le jardin. Je ne pouvais pas prendre de douche, ni essayer son parfum, ni prendre une gorgée à sa bouteille de "London Gin", qui avait un joli dessin représentant des baies sur l'étiquette, ni me sécher les cheveux avec son sèche-cheveux. Vous voyez à quel point Miss Hernnan me gênait dans mon ménage!"

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Karine 23/07/2008 03:38

Je n'étais pas certaine certaine après le billet de Cathulu mais je crois que je finirai donc par me laisser tenter!  Allez hop, sur la liste!

Anne 23/07/2008 07:55


On finit souvent par craquer ;-)


Florinette 16/07/2008 09:34

Bon courage Anne et profites bien de ces belles journées avec ta fille !!Je te dis à bientôt en te faisant de gros bisous !

Anne 16/07/2008 12:56


Merci Florinette! Je n'en profites pas autant que j'aimerais parce que je travaille, mais il y a les repas partagés et c'est déjà bon!


valdebaz 15/07/2008 21:38

je suis preneuse alors je note ! merci pour cet extrait alléchant !

Anne 16/07/2008 09:33


S'inscrire pour ce livre voyageur est une bonne initiative, que tu ne regretteras pas!


bel gazou 15/07/2008 14:57

je ne note plus rien, je suis quasi incapable de lire plus de trois lignes d'affilée! pff!!! allez, bientôt les vacacances! très belle semaine à toi!!!

Anne 15/07/2008 18:10



C'est sûr, qu'il doit être difficile de trouver un roman de moins de 3 lignes ;-D
Courage pour les attendre ces vacances!



Françoise 15/07/2008 14:03

Je copie sur Ana, voilà qui renforce mon envie de le lire.

Anne 15/07/2008 18:07


Ton envie va vite être satisfaite: il est parti vers toi cet aprem ;-)


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone