Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 18:35
Comme beaucoup d'entre vous, je n'en suis plus à découvrir Geneviève Brisac. Cathulu l'a même d'être citée dans l'abécédaire admiratif d'Antigone (une super idée, cette série de billets, soit dit en passant!). 

Si je ne connais pas ses oeuvres jeunesse, j'ai lu 3 de ses romans adultes." Petite" et "Week-end de chasse à la mer" que j'avais vraiment beaucoup aimé. Par contre, "Mme Placard" m'avait semblé complètement obscur. Hélas "Les filles" fut pour moi de ce même acabit.



En 1961, Pauline quitte sa Creuse natale pour devenir gouvernante à Paris. Elle aura en charge Cora et Nouk, 2 fillettes aux sentiments ambigus et un bébé. Autour de la précédente employée rode un mystère...




Je suis restée totalement hermétique à cette histoire.
Les phrases sont  sèches, la ponctuation est fantasque, les mots sont dénués de toute nuance: il m'a été impossible de ressentir la souffrance ou le trouble des héroïnes avec un tel style.

Je ne suis pas sûre, non plus, d'avoir tout compris de l'intrigue....
Le bébé surtout m'a semblé surréaliste. C'est le genre de poupon qui "écaille un poisson crevé dégotté dieu sait où" ou qui cri: va-t-en. On est chacun pour soi, chacun sa voie...".
Encore une fois, je suis trop terre à terre pour entrer dans une fiction qui recèle ce type de personnage. J'ai cru qu'il pouvait être une figure imaginaire. Je suis allée jusqu'à la dernière page pour le savoir. Bon, apparemment pas... Quoi que je n'en sois même pas certaine!


Florinette reconnait "l'âpreté du ton" mais son avis reste positif.

Editions Gallimard et Folio  
Crédit couverture: Edition Folio et Fnac.fr
Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Madame placart ... obscur... un peu normal non ?
Répondre
A

:-D!!!!


J
j'ai beaucoup essayé ( au moins 5 différents) et j'ai beaucoup baillé, du coup, j'ai complètement abandonné
Répondre
A


Il fallait  les garder pour les nuits d'insommies ;-D



A
J'ai un de ses livres dans ma PAL mais ce n'est pas celui-ci, ouf !!Et merci pour ton petit clin d'oeil !!! ;o)Bon week-end !!!
Répondre
A


Je dois t'avouer que si je me laissais aller, je serais carrément jalouse de ton idée! ;-D



D
Je le garde à demi sous le coude: je suis régulièrement dans la Creuse, donc ça me parle; mais ton commentaire me refroidit. Merci pour le tuyau!
Répondre
A

La Creuse, il n'en pas question du tout: elle est citée juste dans 1 phrase ou 2 uniquement pour situer le personnage de Pauline.


C
Franchement, Anne tu crois qu'à 6 h 12  je suis réveillée ? !:)
Répondre
A

Pas de trop apparemment ;-D


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone