Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 18:47
Ce roman de Michèle Halberstadt est le 5ème de la sélection "Prix Landerneau" que je lis.





A l'âge de 3 ans pour une raison inexpliquée, même par de grands ophtalmologistes, Maria-Thresia Von Paradis perd la vue.
Au fils des ans son ouïe s'aiguise: elle devient une pianiste virtuose.
Pour la jeune fille, la musique compense sa cécité. Pourtant son père s'acharne à vouloir sa guérison.
Il ne pouvait imaginer quelles en seraient les conséquences...




Même pas besoin de calme, de concentration pour avaler en 2 heures ce roman! Vous pourrez très bien le lire sur une plage, en surveillant les enfants. Pas beaucoup à réfléchir, mais hélas pas grand chose à ressentir non plus.

Ceci dit, pas désagréable pour autant! Le style est fluide. Le texte est agrémenté par d'intéressantes descriptions: de la médecine et des moeurs autrichiennes du 18e siècle, des premiers émois amoureux, des bruits émis par les objets ou les hommes et imperceptibles par qui voit.

Sans doute, les passionnés de musique et de piano pourront aussi y piocher d'agréables passages.


Michel a trouvé, dans ce roman,  matière à s'interroger sur la nature humaine.Hummmm....moi pas! Soit, en ce moment, je suis trop fainéante pour m'interroger; soit j'ai, sur lui, une longueur d'avance sur la connaissance de l'homo sapiens !!!

Par son billet vous aurez les liens pour les avis de: Alice, Cathulu, Fashion, Florinette, Lily, Lou, Katell, Papillon et Stéphanie.


Editions Albin Michel  Crédit couverture: Editions Albin Michel et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Philippe 04/08/2008 10:24

J'ai trouvé ce bouquin d'une platitude...

Anne 04/08/2008 14:00


N'est-ce pas?!


antigone 23/07/2008 08:11

Un livre dont on peut se passer, apparemment !!! Bonne journée quand même Anne, malgré toutes tes petites choses à faire !!

Anne 23/07/2008 09:02


Oui tu peux passer et t'en passer sans reget!
Merci pour mes petites choses à...subir ;-(


Karine 23/07/2008 03:39

Tiens, je l'ai reçu, celui-là, suite à une commande arrivée 2 mois trop tard pour son but premier.  Si c'Est une petite lecture facile, pourquoi pas!  Mais je renote en rouge "L'échappée"!

Anne 23/07/2008 07:55


Tu verras en 2h il sera lu!


anjelica 22/07/2008 17:52

Je passe sans mal vu mon rythme de lecture actuel :)

Anne 22/07/2008 18:59


La langueur a du bon: elle diminue nos envie de noter ;-)


Aliénor 22/07/2008 15:42

Si tu ne l'as pas lu, je te conseille vivement "le village de l'Allemand" de Boualem Sansal (critique à lire sur mon blog). Là je te garantis une émotion que tu n'es pas prête d'oublier.

Anne 22/07/2008 18:58


Je vais aller voir de quoi parle ce roman inoubliable...


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone