Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

31 juillet 2008 4 31 /07 /juillet /2008 09:28

Complètement désoeuvrée en cette période de vacances, je ne peux, malgré tout, sortir mon bouquin au boulot. Je me rabats sur les bibliothèques gratuites du Net, et prends l'air inspirée devant mon ordi *!
C'est ainsi que j'ai pu lire cette nouvelle de Stefan Zweig.




En 1941, un homme compte mettre à profit 12 jours de croisière pour comprendre comment fonctionne l'esprit de Czentovic: un joueur d'échec mondialement connu et par ailleurs relativement idiot, embarqué sur le même paquebot. La solution pour l'approcher le conduira à rencontrer un autre passager réchappé d'une expérience dramatique.




Si le paquebot de l'histoire navigue sur mer calme, il en a été autrement pour moi!
C'est inouï comme si peu de pages peuvent remuer pareillement.
J'ai toujours aimé les écrits de Stefan Zweig, mais celui-ci, en intensité, dépasse tous les autres.
Il se dégage une telle souffrance derrière les mots, une telle frayeur derrière les phrases que cette lecture me fut physiquement difficile. La cruauté, la perversité de la gestapo mises en oeuvre pour les tortures psychologiques sont si précisément retranscrites que je frissonnais réellement.


"Le joueur d'échec" est le dernier texte de Stefan Zweig, avant son suicide. Il savait ce que le régime hitlérien intriguait. Sans doute, l'effroi lui a-t-il donné une plume prodigieuse, la clairvoyance une inspiration admirable. Un ultime cadeau...

Stefan Zweig mérite sa place dans une PAL pour d'autres raisons que celle de remplir le "Z" des challenges alphabétiques.

Pour lire, comme moi, cette nouvelle en Pdf c'est ici.

L'avis de Jules et de Lilly

Editions Livre de poche ou Stock
Crédit couverture: Livre de poche et chapitre.com


*Je tiens à préciser que je préférerais, 1000 fois, avoir un travail intéressant!

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Joli livre en effet, bon ce n'est pas non plus un livre extraordinaire à mon goût, on peut trouver bien mieux mais largement pire aussi sans aucun doute !
Répondre
A

De ce livre, je dirai perturbant plutôt que joli...


M
J'avais beaucoup aimé moi aussi cette nouvelle !
Je crois que je vais suivre ton idée... mes journées de stage sont parfois longues...
Répondre
A

Mon idée pour s'occuper interèsse beaucoup plus de personnes que je ne m'imaginais!


C
C'est un texte absolument sublime!
Répondre
A

J'avoue qu'il m'a époustoufflée!


A
Je l'ai lu l'année dernière et j'avais beaucoup aimé. Par contre, je ne peux faire de comparaison, je n'ai lu que celui-ci de cet auteur.
Répondre
A

Je te conseille te découvir (entre autres!) "La confusion des sentiments" et "24h de la vie d'une femme".


C
un livre qui a marqué mon adolescence
Répondre
A

Tu m'étonnes!


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone