Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

8 janvier 2006 7 08 /01 /janvier /2006 16:55
EXTRAITS DE « LA HAINE DE LA FAMILLE » de CATHERINE CUSSET
 
 
 
 
 
P78
 
Entre elle et moi, il y a une communauté sacrée, celles des livres. Elle m’a offert mon premier livre pour mes six ans : Oui-Oui à l’école. Je le lis à voix haute. Ensuite je lis tous les Oui-Oui l’un après l’autre, puis tous les livres de la comtesse de Ségur, tous les livres de contes, japonais, russes, chinois, grecs, indiens, puis tous les Alice et les Club des Cinq. Je ne cesse pas de lire. Je lis, par collection, tous les livres de la maison et de la bibliothèque du quartier à laquelle elle est allée m’inscrire : la bibliothèque rose, la collection Rouge et Or, la bibliothèque verte, les Contes et légendes à la tranche blanche rayée fines lignes dorées. Je suis la chouchoute des bibliothécaires. Au lycée, je lis auteur après auteur tous les romanciers rangés sur les rayons. Je ne lis pas pour lui faire plaisir mais parce que lire me passionne. A peine ai-je commencé un livre choisi par elle qu’elle me pose aussitôt la question : « Alors ? Ca te plait ? »Il est rare qu’il ne plaise pas. Nous avons les mêmes goûts, la même sensibilité. Je connais l’effort qu’il faut pour faire pour entrer dans un livre : ce n’est pas donné dès les premières lignes, il faut parfois traverser d’ennuyeuses descriptions, franchir vingt, trente, cinquante pages pour qu’une histoire s’empare de vous ; ensuite elle ne vous lâche plus ; on est récompensé de son effort au centuple. Ainsi, les romans de Balzac : je les lis les uns après les autres, désolée d’en achever un puisque je connais l’effort qu’il faudra faire pour apprivoiser le prochain, pour lier connaissance avec un nouveau livre qui est encore un étranger, froid et distant, alors que le précèdent m’a laissée pantelante, exsangue, s’est tellement emparé de moi qu’il m’a vidée de tout autre désir que celui de le dévorer. Pearl Buck, Mauriac, Balzac, Gide, Sarthe, Dostoïevski, Flaubert, Aragon, Tolstoï, Proust, Heinrich Böll, Salinger, Fitzgerald et tant d’autres, des classiques et des moins connus, des français et des étrangers : je me régale. C’est plus qu’un plaisir : une délectation, une raison de vivre, l’unique. Il n’y a pas de plus grand bonheur que de retrouver chaque soir le livre qui vous attend, le plus présent, le plus prenant, le plus fidèle des amis. Rien ne compte à côté de ça. Elle le sait.
Si elle aime me voir lire, ce n’est pas seulement parce que ma passion pour la lecture et ma précocité indiquent que je suis une élève douée. C’est une passion bien au-delà des résultats scolaires. Il suffit d’un livre et d’entrer dedans. Ce qui se passe dans les livres est tellement plus beau, plus grand, plus juste et plus désintéressé que ce qui se passe dans la vie. Je lis, allongée sur mon lit, dès que je suis rentrée de l’école puis du lycée, tout en mangeant du chocolat volé au supermarché. Lire, manger du chocolat, mes deux passions se complètent et s’harmonisent, elles se remplissent de tous côtés, le corps, l’esprit. Je savoure les romans comme les chocolats dont j’essaie tour à tour toutes les marques, Nestlé au riz, Suchard praliné, Lindt truffé, Lindt au lait, Lindt aux fraises, Côte d’Or aux noisettes, Côte d’Or au lait, côte d’Or praliné en forme d’éléphant, Mars, Nuts. Ma gourmandise est un vice qui ne recueillerait certainement pas son approbation et que je dois lui cacher, mais je m’y sais autorisée par cette autre gourmandise qui m’a conquis à jamais en son cœur tous les privilèges. Je suis une élue. Elle rentre à la maison et me voit sur mon lit, ou sur le canapé du salon, absorbée dans un livre, prise par le style, passionnée par l’histoire, le regard absent, indifférente au reste du monde, ailleurs - dans un pays où les sentiments sont ciselés au marteau du sculpteur, le pays du mot juste, le pays de la forme. Je ne lui dis même pas bonsoir, je ne l’aide pas à mettre la table, je la laisse me servir, je demande à quitter la table avant le fromage. Elle est heureuse et soulagée comme si je faisais honneur à son œuvre. Elle comprend que je n’ai pas envie de sortir prendre l’air, pas envie de faire du sport, pas envie de rester assise tout au long du repas familial qui n’en finit pas, pas envie d’aller à la messe, pas envie de me laver, pas envie d’éteindre le soir.
Lorsqu’il est en voyage d’affaires, je me relève alors qu’Anne dort, et je vais lire à ses pieds tandis qu’elle travaille à son bureau. Quand il rentre de voyage, il m’envoie me coucher avec un coup de pied au cul. Je le déteste. Il me gronde en découvrant que pour lire j’ai rallumé en cachette. Elle me défend. Il l’accuse de saper son autorité. Je souris. Elle et moi sommes d’ailleurs, de ce pays-là où l’idée et l’assemblage des mots qui l’exprime vous emplissent d’un bonheur qui n’a rien à voir avec les petites convoitises et déceptions de la vie quotidienne. Les règles d’éducation pour enfants normaux et soumis ne s’appliquent pas à nous. Quand on connaît la joie de s’oublier dans un roman, on ne peut que plaindre les malheureux qui ignorent cette félicité, les pauvres qui se soucient de mesquines choses réelles, les exclus du royaume de la phrase, papa, Anne .
 
 
P83
 
Le pire, c’est l’identification narcissique aux personnages. Je suis coupable de cette terrible faute. Je ne comprend pas comment on acquiert le recul qui permet de les examiner à distance comme des « effets de réel » et de distinguer subtilement l’auteur du narrateur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone