Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

9 janvier 2006 1 09 /01 /janvier /2006 17:56
Extraits « Le testament français » de Andreï Makine (Mercure de France)
 
 
P 262
 
« Si elle est si belle encore, malgré ces cheveux blancs et tant d’années vécues, c’est parce qu’à travers ses yeux, son visage, son corps transparaissent tous ces instants de lumière et de beauté… »
 
 
 
 
P 283
 
« La mort d’un être bien plus jeune que moi remet en cause l’univers tout entier. Je me précipite vers Charlotte. Elle perçoit mon angoisse et me dit quelque chose d’étonnant dans sa simplicité :
       « Tu te souviens, en automne, nous avons vu un vol d’oiseaux migrateurs ?
-          Oui, ils ont survolé la cour et puis ils ont disparu.
-          C’est ça, mais ils continuent à voler, quelque part, dans les pays lointains, seulement, nous, avec notre vue trop faible, nous ne pouvons pas les voir. Il en est de même pour ceux qui meurent… » »
 
 
 
 
P 292
 
« Et la vraie littérature était cette magie dont un mot, une strophe, un verset nous transportaient dans un éternel instant de beauté. »
 
 
 
P 303
 
« C’était le temps. Un temps pourvu d’une ironie grinçante et qui, par ses jeux et ses incohérences, nous rappelle son pouvoir sans partage. »
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone