Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 09:35

Après avoir vu plusieurs billets bien tentateurs, j'ai saisi ce roman de Brian Morton, persuadée de me regaler.




Nora est écrivain: quelques unes de ses nouvelles ont été publiées, mais voilà un bon moment que l'inspiration reste obstinément absente.
Une nuit d'insomnie et de doute, elle recontacte Isaac son ancien amant. Artiste photographe, lui-même traverse un passage à vide.
Reprendre une histoire d'amour, comme saisir une bouée, est-ce la solution à leur malaise?




Je me suis, lamentablement, trainée toute la semaine sur le chemin de cette histoire!

Rien n'a réellement réussi à m'accrocher: ni les sentiments des personnages, qui, à mon avis, manquent de profondeur et de détermination, ni l'intrigue qui progresse toutes les 100 pages.

Restent quelques réflexions pertinentes sur la souffrance de l'artiste quand l'inspiration ou la reconnaissance de ses pairs l'abandonne. N'étant pas concernée par le dit sujet, elles n'ont pas suffit à me rendre ce roman intéressant.

Je l'ai terminé, pensant comprendre enfin ce que Clarabel, Florinette, Lilly avaient aimé. Mais, les dernières lignes n'ont fait qu'aggraver ma déception. La fin est ouverte et frustrante.

Bon, ça va: le bouquin que je viens de commencer ce matin me semble beaucoup plus prometteur...

Editions Belfond et 10/18 
Crédit couverture: Editions 10/18 et Fnac.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
J'ai bien envie de le lire... peut-être que les critiques positives lues avant m'avaient influencée... bon je verrai, de toute façon ça dépendra comme toujours de l'envie du moment :o)
Répondre
A

Cette histoire  peut très bien t'accrochée...


D
J'aimerais avoir ton avis de lectrice avertie sur le livre "Rêverie" que je fais paraitre en ligne sur mon blog. Je t'invite donc : DJU770. A bientôt ?
Répondre
A

"lectrice avertie"? Tu me flattes là!


K
Je ne vais pas faire dans l'originalité, mais je passe aussi pour celui-ci. L'histoire ne me tente guère et ton billet me conforte dans ce sentiments...
Répondre
A


Mon billet est sympa avec les LAL!



G
Ca tombe bien, il ne me tentait pas !
Répondre
A

Moi, tentée je l'avais été...;-(


M
Ah enfin un livre à ne pas acheter, merci !!!
Répondre
A

Pour un que l'on n'achète pas combien pour compenser?!


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone