Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 23:04
 « Mourir n’était pas indigne, c’est de rester, si fatiguée, qui l’eût été. » et « Mais oui, il pouvait tuer le sentiment atroce de l’impuissance liée à la vieillesse ! Donner l’envie de s’arrêter là, de ne pas s’infliger, et infliger aux proches, l’image de sa propre incapacité. » Voilà ce que pense la maman de Noëlle Châtelet. Alors, elle décide du jour de sa mort, communique sa décision à ses enfants, leur demande de la soutenir dans ce geste.
Cette mort choisie, Noëlle Châtelet, dans « La dernière leçon » l’explique et retrace les derniers jours « avant ».
Il m’est très difficile de parler de ce livre : le récit est si intimiste, qu’il est comme une confidence que l’on reçoit d’une amie que l’on ne veut pas trahir…
Au-delà des interrogations éthiques inévitables suscitées par cet ouvrage, j’ai été bouleversée par l’amour de cette femme pour sa mère. Leur relation était basée sur un inébranlable respect mutuel, nourrie de transmissions de savoirs, d’expériences.
Au fil des pages, ma pensée était entière pour « Ma Minette » de 17ans. Nous sommes, elle et moi, fusionnelles bien souvent, et penser que notre séparation pourra un jour ressembler à la leur m’a, évidemment, touchée au plus profond de moi.
Etre remuée ainsi par l’écriture de Noëlle Châtelet ne m’a pas surprise : toujours pudiques et délicats, tous ces livres me font cet effet-là. J’ai lu « La courte échelle » et « La trilogie des couleurs » d’un bout à l’autre avec une boule dans la gorge !

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Lou 18/10/2008 11:19

juste un petit coucou car, parait-il, Noëlle Châtelet et toi c'est une grande histoire d'amour ;) Je viens juste de parler de "la Femme Coquelicot" et Sylire m'a renvoyée vers toi.Bon week-end !

Anne 18/10/2008 15:44


Je découvre ton com' seulement maintenant alors que j'ai déjà lu ton billet ;-)
Pour moi oui, avec N. Chatelet c'est une vraie histoire d'amour, pour elle je ne crois pas ;-D


elfe 23/06/2006 21:45

J'ai fini par le lire finalement ce livre! Et ce fut une très belle découverte, et tout comme tu le dis, pleine d'émotions!!Je pense poursuivre ma découverte de cet auteur avec les autres titres!!

amandine 26/04/2006 09:52

C'est vrai que c'est que c'est super de rencontrer quelqu'un qui a des goûts similaires aux miens.
Je trouve super. Merci de m'avoir fait découvrir ton blog. ;)
 

elfe 04/04/2006 19:08

Coucou!!Merci d'avoir laisser un petit mot sur mon blog! c'est sympa!A mon tour je viens de parcourir ton petit monde qui est très sympa lui aussi!! J'ai prévu de lire La dernière leçon prochainement, mais je dois avouer que je repousse un peu, car un sujet aussi difficile me fait peur!! je vais voir!!Ta recette de cannelés m'interesse, mais malheureusement je n'ai pas de moules en cuivre!!J'ai vu aussi je tu avais eu la chance de voir la grande sophie en concert!! Je devrai la voir au mois de juillet lors d'un festival!! Je ne connais pas beaucoup son univers mais vu ce que tu en dis, j'ai hâte de la voir.A bientôt!

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone