Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 08:00

Grâce à Sylire je viens (enfin!) de découvrir Claudie Gallay !


Son amour est parti. Elle a mal. Elle a en perdu son travail. Elle ne sait plus rien faire que regarder tourner son linge dans la machine du lavomatique. Quand elle tue son poisson rouge, elle sait qu'elle est allée au bout de sa douleur.
Alors, elle part. Choisit Venise, presque par hasard.
Elle prend pension chez Luigi, un homme seul avec ses chats. Un jeune couple amoureux et un vieux prince russe déchu y séjournent déjà.
Auprès d'eux sa sérénité renaît doucement.
Puis, de ses déambulations solitaires dans les ruelles vénitiennes, propices à quelques rencontres, c'est l'espoir d'un nouveau sentiment qui va renaître.


"Magie des mots" prend, pour ce roman, tout son sens.

Chaque fois que j'ouvrais mon livre, je me retrouvais dans Venise. Non pas réellement dans la ville mais dans l'atmosphère de l'hiver vénitien.
L'intrigue en elle-même est toujours restée en arrière-plan, le ressenti était beaucoup trop envahissant pour que je m'y intéresse vraiment. 

Ce fut étrange, comme une lecture irréelle, un rêve. Le texte m'enveloppait et mes émotions étaient en contradiction avec ce qu'il me contait.
Il pleut et fait froid ce décembre-là en Italie et cependant l'atmosphère m'a semblée douce, ouatée.
L'hôtel m'est apparu douillet alors que ses murs suintent d'humidité et ses fenêtres laissent passer un courant d'air frais.
Les personnages eux-mêmes dégagent une aura reposante alors qu'ils sont pourtant malheureux.
Etrange, je vous dis...

Reste, malgré tout, quelque chose de palpable dans l'ambiance douce de ce roman: l'amour.
L'amour fougueux que l'on vit à 20ans, celui qui fait souffrir à 40 ans, celui qu'on laisse passer et que l'on regrette au seuil la mort. 
L'amour qu'on se surprend à attendre, à tout âge, encore, malgré tout...

Merci Sylire, pour ces heures de lecture en dehors du temps.

Une lecture moins passionnelle mais avec cette sensation de douceur pour Antigone aussi.
Sur le site de Gambadou l'avis de bébébook met l'accent sur le calme qui s'en dégage.

Editions du Rouergue ou Babel  
Crédit couverture: Editions Babel et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

paris 12/04/2009 16:52

merci pour les conseils

Emeraude 06/11/2008 14:26

j'avais toujours entendu du bien mais à part "c'est bien", je n'en savais pas plus. Ton billet me tente beaucoup ! Et comme je disais chez Cuné, mon retard de deux semaines me fait noter trop de livres. Alors j'en prends seulement deux ou trois comme "à lire vraiment très vite". Je crois que celui là en fera partie!

Lou 31/10/2008 23:38

Je lirai peut-être avant son tout dernier livre mais voilà encore un billet plus que tentant sur cet écrivain... et qui, je ne sais pas pourquoi, me fait penser à Sylvie Germain.

Philippe 29/10/2008 10:28

allez... je te mets le lien pour mon commentaire...http://loisirslesbonsplans.blogspirit.com/archive/2008/09/19/seule-venise-claudie-gallay.html#comments

Nanne 27/10/2008 15:40

C'est un livre magnifique que je me suis promise de lire, tout comme d'autres ouvrages de cette romancière dont on parle beaucoup, Anne ;-) Et puis, il parle de Venise l'hiver !!

Anne 28/10/2008 16:37



C'est vrai qu'elle est encensée sur beaucoup de blogs.
Venise l'hiver doit avoir un charme bien à lui.



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone