Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 11:42

Adolescente, j’avais lu « Bonjour Tristesse » sans aucun enthousiasme. Honte à moi, j’avais complètement délaissé Françoise Sagan, jusqu’à son décès. Tous les hommages rendus ont piqué ma curiosité et j’ai replongé dans son premier roman, cette fois-ci avec plaisir. Sans doute étais-je trop jeune lors de ma première lecture.Depuis j’ai lu « Des bleus à l’âme », « Les Faux-fuyants » et là je viens de finir « La chamade ».

Lucile, jeune trentenaire, vit libre et oisive grâce à l’argent de Charles, son amant cinquantenaire. Ses soirées mondaines, ses balades en voiture de sport, ses séjours au bord de la Méditerranée font son bonheur. Pourra t elle troquer ce luxe facile contre une vie modeste ? C’est le choix que lui impose Antoine, fort de l’amour passionnel qu’il lui inspire.

Même si Lucile, cette femme immature, immorale m’a beaucoup agacée, j’ai trouvé touchant son désir de rester indépendante. Elle ira jusqu’au bout de ses sacrifices pour garder sa liberté.

J’ai aussi beaucoup souri avec la description caustique d’une bourgeoisie désabusée et mesquine.

Allez, pour le plaisir, je retranscris ici la description du look de Charles (à mon avis un peu moqueuse…) « …ses pantalons de flanelle, son foulard soigneusement plié dans le col de sa chemise, son blaser sombre, ses mocassins… ».

J’ai dans « mes livres à lire » un autre roman de Françoise Sagan : « Un certain sourire ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone