Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 08:35

En 2009, combien vais-je lire de "roman-que-jamais-je-n'oublierai-de-toute-ma-vie-entière"? Je ne sais pas, mais il y en aura au moins 1: ce roman canadien de Gaétan Soucy.

 

Dans ce domaine totalement isolé les 2 enfants ne connaissent, du monde extérieur, que ce que les livres en disent et ce que leur père souverain en raconte.

Quand le patriarche meurt, il faut bien que l'ainé aille au village acheter le cercueil.
Les habitants, leurs moeurs ou leurs coutumes ne ressemblent guère à ce qu'il croyait. 

 

 

 

Résumé pas franchement terrible, mais je veux tellement me taire.
Ce sera à chacun de comprendre l'histoire. A chacun de saisir, peu à peu, ce que le conte veut bien lui donner.
Parce qu'alors pour donner, il donne!

D'abord beaucoup d'émotions inclassables puisque indéterminées. Là, je fais quoi je pleure ou je ris? Et ici, je vomis ou je me révolte?

Ensuite beaucoup de "remue méninges" pas franchement définis non plus. Là, je philosophe ou je rêve? Et ici, j'approfondis la réflexion et ouvre l'"Ethique de Spinoza" ou je continue de me laisser bercer par le récit?

Et pour finir, l'intemporalité. Quel est mon âge quand je lis? Suis-je une enfant qui s'émerveille devant un conte de fées, qui a peur devant les monstres? Une dont le langage n'est pas encore maîtrisé? Suis-je une adulte mature que les questions théologiques interpellent?

Enunération pas franchement terrible, elle non plus, mais je veux tellement rester floue.

Il n'y a qu'une phrase à peu près correcte et claire que je peux écrire: "J'ai retrouvé, en lisant ce roman, les sensations que j'éprouvais autrefois devant les films de Charlie Chaplin. Un désespoir tendre à faire rire."

 

Papillon, elle, a réussi un billet plus explicite sans dévoiler aucun secret.
Sur celui de Frisette Gaëtan Soucy a laissé un com'!
Alice a été un peu moins emballée.

Editions:  Boréal et Points
Crédit photo: Editions Points et
Fnac.fr (vous y trouverez aussi une critique enthousiaste de Cuné)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

antigone 24/01/2009 16:22

Et bien alors là je ne sais plus... Est-ce un livre pour les fans du conte "la petite fille aux allumettes" ou pas ? Par ce que si c'est le cas, il est pour moi ! Très mystérieux ton billet Anne !

Anne 25/01/2009 12:00



Pas beaucoup de similitudes avec le célèbre conte...En fait, on ne comprend le titre qu'à la fin de l'histoire...



Karine :) 24/01/2009 15:48

C'est un livre que je veux lire depuis plusieurs années mais j'oublie toujours, pour une raison bizarre.  En plus, on s'entend qu'il est assez facile à trouver, ici!!

Anne 25/01/2009 11:57


Normal, il parait qu'il est célèbre en son pays...


Caboche 23/01/2009 00:18

J'ai lu ce livre il y a quelques années et je m'en souviens comme si c'était hier, j'en vois même le décor comme si c'était un film que je me repasse en boucle. J'endosse tout à fait vos commentaires.

Anne 23/01/2009 17:19



Je ne pas doûte pas que je m'en souviendrais encore, moi aussi, même dans longtemps...



Thaïs 22/01/2009 13:22

ce mystère fait envie...

Anne 22/01/2009 15:57



Normal il rend curieuse...d'une bonne curieusité



Cuné 22/01/2009 05:39

Oh dis, tu vas déterrer de vieux commentaires sur Fnac.com !! :-DTrès fort souvenir de lecture pour moi aussi, ce roman fait partie des pépites qui marquent.

Anne 22/01/2009 15:55


C'est surtout les photos de couv' que je vais déterrer, et le hasard malin se charge du reste
Je ne m'étonnes guère que le souvenir de ce bouquin persiste...


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone