Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

15 mai 2006 1 15 /05 /mai /2006 09:24
 
Alors que circulent actuellement sur nos blogs des louanges des éditions 10/18 (que j’approuve largement), me voilà à écrire un avis défavorable sur une de leur publication !
 
 
Novembre 1918, alors que la paix revient, une épidémie de grippe espagnole arrive en Amérique. La famille Morison ne sera pas épargnée. Tour à tour, chacun des fils puis le père va narrer cette tragédie.
 
Sur la quatrième de couverture, on peut lire en autres : « Une histoire dégageant une telle chaleur humaine dégèle le cœur de tout critique…et fait fondre en larmes plus d’un lecteur. » Bon que je n’ai pas eu le cœur dégelé, c’est normal : je ne suis pas critique et mon cœur est  plutôt chaud, par contre je suis bien lectrice et je suis loin d’avoir fondu en larmes ; ou alors ça aurait été de dépit d’avoir dépensé du temps et de l’argent pour ce livre. Je n’ai absolument pas été réceptive à l’histoire, me suis ennuyée tout du long. Sans explications à vous donner…
 
J’avais acheté ce roman parce que je cherchais «Au revoir à demain » du même William Marwell et que seul celui-ci était disponible dans ma bouquinerie. Peut-être que je l’achèterai quant même puisque ce n’est pas vraiment le style de l’écriture qui m’a déçu.  
 
(10/18)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone