Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 07:50

C'est toujours avec plaisir que j'ouvre un livre de Jeanne Benameur, je sais que sa sensibilité s'accordera avec la mienne

 




L'auteur raconte son enfance.
En 1958, l'Algérie expulse ceux qui sont mi-Arabes, mi-Français. Ils vont surtout réaliser qu'ils ne sont pleinement ni l'un ni l'autre.
Papa, maman et les 4 enfants vont quitter le soleil, leurs racines pour La Rochelle et la vie ne ressemblera plus jamais au bonheur.
Aucun d'eux ne sera indemne après l'exil.




A travers le regard de Jeanne la petite dernière, c'est  la souffrance de toute une famille qui est exprimée.
Souffrance qui incitera à des actes ou des comportements blâmables.
Pourtant aucun pathos dans ce récit. Au contraire il est lucide et presque froid parfois.
Comme si la distance aux choses était indispensable pour continuer à vivre.

Les phrases sont courtes, percutent le coeur.
Quelques unes semblent insignifiantes, et puis quelques lignes plus loin, je me rends compte qu'elles s'incrustent.
Il faut, alors, prendre une pause. Assimiler l'émotion cachée derrière les mots.
C'est étonnant, comme certaines écritures imposent d'elles-mêmes une lecture lente.
C'est étonnant, comme certaines écritures touchent profondément.

L'avis de Belleshi brille de son admiration pour l'auteure ;-)
Le billet de Chiffonette (et ses liens vers d'autres blogs) sur le dernier roman de Jeanne Benameur crée une envie irrésistible de l'avoir entre les mains!

Editions Seuil, Denoël ou Actes Sud junior (????)
Crédit photo: Editions Babeli et Fnac.fr

.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Florinette 23/02/2009 09:58

J'aime également beaucoup cette auteure et ce livre est dans ma LAL, mais avant il faut que je pense à ma PAL, ça devient urgent !!

Anne 23/02/2009 10:50


Ne t'encombre donc pas l'esprit avec des urgences comme celle-ci


Géraldine 19/02/2009 10:47

Mais si, tu en as lu la critique sur mon blog, c'est là où je parle de prendre le thé...

Anne 19/02/2009 11:00


Mais oui! Suis-je étourdie!


Géraldine 18/02/2009 16:59

C'est tout à fait vrai ce que tu dis : certains livres imposent des lectures lentes. Pas pr manque d'intêret, mais pour mieux assimiler et apprécier. Ce fut le cas récemment pour moi pour le livre "Toute passion abolie". par contre, ma lecture actuelle se ralentit d'elle même pour cause d'ennui profond, encore à la page 120 !

Anne 19/02/2009 09:30


Tu m'intrigues avec ce titre que je connais pas...


antigone 18/02/2009 08:30

Le titre est plutôt évocateur...Ah au fait, j'ai bien reçu "le petit roi" et son compagnon...Merci !!! Ils sont dans ma PAL urgente, quand même !!Bonne journée Anne !!! Bises.

Anne 18/02/2009 15:32


Non, non, il n'y a pas d'urgence


Lily 17/02/2009 18:32

J'ai adoré "Les demeurés". Une écriture très épurée qui me touche beaucoup. Je ne connais pas celui-ci...Je débute un blog sur "l'enfance et la poésie, au quotidien, à l'école et ailleurs." La porte y est ouverte.

Anne 18/02/2009 15:31


Si la porte est ouverte, je suis curieuse d'aller la franchir...à plus tard donc!


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone