Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 10:00

Malgré les nombreux billets publiés sur ce roman de Julia Leigh, je ne parvenais pas franchement à imaginer cette histoire.

C'est donc intriguée et curieuse que je l'ai emprunté à la médiathèque.




Après 10 ans de silence en Australie, Olivia revient en France avec ses 2 enfants.
Dans la demeure familiale, où sa mère  l'accueille, aucune question ne lui est posée: ni sur son bras plâtré, ni sur les raisons de son retour.
Le même jour, son frère et son épouse, jeune accouchée, viennent aussi prendre résidence chez maman.





Et bien, dis donc, il y avait de quoi être intriguée!
Je l'ai lu en une journée et ce fut une véritable parenthèse dans un monde fantasmagorique!

Pas du tout, mon genre de lectures habituelles; alors je ne sais même pas comment qualifier ce roman.
Gothique? Gore? Extravaguant? Loufoque? Grotesque? Sordide?
Sans doute, un peu de tout cela à la fois.

Ce que je sais, c'est que je me suis franchement bien marrée!
L'histoire, pourtant très noire, est si irréelle et fantaisiste qu'elle frôle un ridicule irrésistible de drôlerie.
Quelquefois, quand même, mon rire se transformait en une espèce de répulsion horrifiée....
Oui, vraiment un drôle de conte!

Bellesahi l'a estimé pesant, pas toujours clair. Cathulu en a eu le souffle coupé. Chiffonnette a reconnu "la force de ce roman sombre et profond". Florinette l'a trouvé étrange (tu m'étonnes!). Lilly a été mal à l'aise. Et Lily, l'a jugé captivant et étouffant.

Avec une telle diversité, difficile de ne pas être avide de le lire, non?!

Editions Christian Bourgeois
Crédit photo: Editions Christian Bourgeois et Fnac.fr


Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Lou 22/03/2009 21:15

Je ne sais pas si Lamousmé est number one des défenseurs, mais j'ai lu son article quand on ne parlait pas encore beaucoup de ce livre et il m'a fait craquer (la vilaine tentatrice !) ;)

Anne 23/03/2009 08:44


C'est certain que son billet est diablement tentateur!


mango 18/03/2009 21:08

Que d'avis divergents! Moi, je l'ai surtout choisi pour sa minceur après de gros pavés et mon billet est plutôt positif: j'attendais sans cesse d'en savoir plus sur cette drôle de situation familiale. En fin de compte, cette histoire reste quand même bien étrange!

Anne 19/03/2009 09:38


Les avis sont divergents, mais nous sommes tous d'accord sur l'étrangeté de ce livre


Karine :) 17/03/2009 13:17

Plus ça va, plus ça me semble bizarre, ce roman!!!  Il va falloir que je le trouve, surtout si les avis sont si diversifiés!

Anne 18/03/2009 07:59


C'est normal qu'il te semble bizarre, puisqu'il est bizarre


BelleSahi 16/03/2009 09:05

Mince ! je me la suis posée !!!!

BelleSahi 15/03/2009 21:04

Je me suis demandée : Pourquoi ce livre ? Bises !

Anne 16/03/2009 08:49


A mon avis, c'est surtout pas la question à se poser à propos de ce roman


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone