Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 09:10
J'ai lu plusieurs romans de Stéphanie Janicot, certains que j'ai trouvé excellents et d'autres plus moyens. Mais elle fait partie de ces auteurs auxquels je reste fidèle.






Pablo a eu 3 femmes importantes dans sa vie. Chacune a enfanté. Par hasard, par défi ou par amour pour cet homme.
Sans se soucier de savoir si leurs enfants souffriraient ou non, un jour,  de cette consanguinité.
De la souffrance, il y en aura beaucoup pour Santa la fille cadette...






Je serais tentée d'écrire que les véritables protagonistes de cette histoire sont les attaches familiales.
Celles qui n'existent pas et qui manquent. Celles qui ne sont que dédains et celles qui sont soumissions. Celles que l'on espère ou que l'on exige. Celles qui viennent trop tard. Celles qui sont maladroites.
Ici, les rapports entre les personnages, d'une même descendance, sont difficiles ou douloureux.
Et c'est sans doute, méchante que je suis, pourquoi l'intrigue m'a semblée si captivante!

J'ai éprouvé, aussi, beaucoup de tendresse pour Santa. Son incessante quête d'affection trouble ses jugements. Elle fait de mauvais choix, se perd dans sa vie, ne trouve plus de repères fiables. 
J'ai si bien compris, parfois, ce qu'elle ressentait...

Je donne, peut-être, l'idée que ce roman est d'une tristesse accablante, mais ce n'est pas le cas!
L'atmosphère est teintée d'une tendresse douce, pleine d'espérance.
Il ne faut pas oublier que sous le mot "famille" on peut, également, trouver les mots "pardon", "patience", "indulgence" et "affection".
Parfois, il suffit  juste de chercher du bon côté.

Clarabel l'a trouvé touchant,  Florinette l'a lu avec plaisir.
Laure, elle, s'est ennuyée au point de l'abandonner. Ce qui ne va arranger les indécis!


Editions: Albin Michel et Le livre de poche
Crédit photo: Edition Le livre de poche et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Edelwe 24/03/2009 12:26

Ton commentaire donne envie. Je n'ai jamais lu cet auteur. C'est l'occasion.

Anne 25/03/2009 09:22



Je pense que ce titre est effectivement très bien pour faire sa connaissance.



éléa 22/03/2009 11:53

je n'ai lu qu'un seul livre de cet auteur ... mais ton billet me tente, car tout ce qui touche à la famille m'intéresse.

Anne 23/03/2009 08:43



La famille est un sujet inépuisable qui intéresse beaucoup



Géraldine 18/03/2009 20:48

Je suis attirée en tout cas. Ce livre semble touchant et émouvant et j'imagine que quand on a une famille qui ne roule pas toute seule, on doit facilement s'identifier à quelques personnages.

Anne 19/03/2009 09:37


Il y a un peu de ça...


FABIENNE 18/03/2009 18:14

Un petit coucou en passant suite au jeu de Thaïs! Amitiés de normandie, fabienne et denis

Anne 19/03/2009 09:36



Merci!



antigone 18/03/2009 11:27

Un livre pour moi ? Peut-être...

Anne 19/03/2009 09:35


Santa est un personnage féminin que tu pourrais aimer.


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone