Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 17:30

Après plusieurs bons billets lus sur ce livre de Didier Decoin, faible que je suis, j'ai accepté la proposition de Stéphanie (agence Inmediactic) de me l'envoyer.




Une nuit de mars 1964, Kitty Genovese se fait assassiner, dans une rue de Manhattan.
Elle crie, réveille les habitants du quartier.
Aucun ne réagit.
Triste et révoltant fait divers dont Didier Decoin va tirer ce roman.






Ce bouquin m'a terriblement ennuyée...

La structure de l'histoire est brouillonne. Simplette à saisir, aucun problème de compréhension ne découle de cette construction, mais elle inhibe toute émotion.

Je n'ai pas du tout apprécié, non plus, l'étalage de détails sordides. Mal intégrés dans le récit, je trouve qu'ils ne lui apportent rien. Du coup, j'ai eu l'impression d'une gratuité et en ai été gênée.

Finalement seules les 6 pages de l'épilogue m'ont, un tant soit peu, intéressée.
Elles analysent la  passivité des témoins d'agression, via une étude d'un psychosociologue sur le sujet. Etonnant...

Je sais que certains peuvent être troublés par cette question: "Et moi, qu'aurais-je fait?".
Les circonstances font que je n'ai plus à me la poser: cela peut-il expliquer mon désintérêt pour ce livre?

Dans cette collection "Ceci n'est pas un fait divers" j'avais lu "L'enfant d'octobre" de Philippe Besson.
Ce livre sur "l'affaire Grégory" avait fait polémique lors de sa sortie, mais moi il m'avait complètement bouleversée.

Je suis le vilain (très vilain et très méchant) petit canard aux côtés d'Alice,  Clarabel, Jules, Lily, Lou et Praline.


Editions Grasset
Crédit photo: Editions Grasset et Fnac.fr

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Ne t'inquiète donc pas, j'ai commandé Cusset hier!! :)
Répondre
A




B
bon, ben...affaire classée!lol
Répondre
A

Toi, on peut dire que tu as le sens de la répartie


K
J'avais bien envie de le lire, celui-là... du coup, je ne sais plus trop... à voir, donc!!
Répondre
A

C'est sûr, que c'est plus simple de savoir quand les avis convergent tous dans le même sens!


Y
J'ai failli ne pas le finir parce que je trouve que le choix de la forme romanesque ne convient pas du tout. Je me suis ennuyée aussi, alors que j'avais très envie de le lire, moi aussi suite à tous les billets élogieux.
Répondre
A


Oh, voilà un autre vilain petit canard



J
et moi qui vient tout juste de regarder la disponibilité pour "Amours transversales" de Catherine Cusset... je me demande si nous avons les mêmes goûts??!!
Répondre
A

N'exagère pas Jules
Plus d'un titre nous a réunies pour un même avis!


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone