Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

22 mai 2009 5 22 /05 /mai /2009 19:37

Très secouée par le récit d'Emmanuel Carrère, je voulais une lecture légère. Le roman de Tatiana Arfel est classé par l'éditeur dans sa collection merveilleux: je me suis dit que du mirifique serait parfait.


 
Giacomo est, maintenant, un vieux clown fatigué. Bientôt il sera "emporté", et il regrette de n'avoir pas su aimer, de ne pas pouvoir transmettre son amour du cirque à un enfant.

Une fillette grandit entourée d'indifférence.  Elle devient insignifiante, comme un ectoplasme terne.


Un petit garçon abandonné survit, dans un terrain vague, derrière une palissade. Dans sa tête, des images très colorées s'imposent. Ses doigts vont apprendre à les reproduire.

Et puis un quatrième personnage mettra son grain de sel à l'histoire: le Sort ou le Destin comme bon vous semble de le désigner.


Je vais avoir beaucoup de mal à parler de ce livre, parce qu'il a provoqué en moi des sensations étranges et assez indéfinissables.
Il est tout à la fois grave et beau, pragmatique et poétique.

Cette histoire est vraiment bien-nommée merveilleuse.

Et pourtant c'est bien de la vie qu'il s'agit là. La vraie, l'impitoyable qui blesse et stigmate les plus faibles.
Mais en contraste l'atmosphère n'est pas amère. Bien au contraire: elle dégage une certaine magie, accentuée par l'environnement du cirque. Magie quasi impalpable, reflet onirique de l'espoir et de l'amour.

J'ai eu l'impression de lire un livre destiné aux enfants qui, d'un coup de baguette, serait devenu perméable à l'adulte que je suis. Tout y est:  les phrases ont juste remplaçé les images.
Les émotions sont représentées par des couleurs. Les chapitres sont parfumés d'odeurs douces, gourmandes ou fleuries. Les friandises sucrées, chocolat ou barbe à papa, se dégustent au coeur des pages. Les mots font du bien.

Au milieu de ce roman, j'ai crains d'entrevoir l'ébauche d'une certaine longueur: ce n'était que l'écho de ma hâte à voir arriver le bonheur pour ces gens-là. Je trépignais comme une gamine impatiente, c'est tout.

Ma première lecture de la sélection du Prix Landerneau est un très, très beau coup de coeur.


Editions José Corti
Crédit couverture: Editions Corti et Fnac.fr




Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

SD49 20/09/2009 15:39

En le feuilletant avant de le commencer je n'étais pas trop tentée, écriture très serrée, pas très aérée. Et maintenant je l'ai presque fini et je suis à fond dedans, quelle belle histoire. Dure, sensible, émouvante. Je suis très contente de le lire. 

Anne 21/09/2009 15:59



Bonne continuation de lecture: la fin ne te décevra pas



keisha 04/06/2009 08:22

je ne participe pas à ce prix, mais les avis sur les blogs (dont le tien) m'ont convaincue de l'emprunter à la bibli. Merci!

Anne 04/06/2009 08:47


Super! J'espère que sa magie t'emportera toi aussi!


Karine:) 28/05/2009 12:35

Comment on peut résister à ça!!!  J'adore quand il y a une part de merveilleux et ça semble génial!!

Anne 29/05/2009 07:51



Avec les blogueurs qui participent aux prix Landerneau, tu auras plusieurs avis à découvrir sue ce livre.



Thaïs 26/05/2009 20:17

Bonnes vacances a(vec) Landerneau. Repose toi bien. Bises

Anne 27/05/2009 08:23


J'ai l'impression d'être plus débordée en vacances que quand je travaille! Mais je me repose au moins l'esprit


lily 26/05/2009 16:45

Hello Anne, j'ai presque fini "L'heure de la sortie". Pas mal du tout, un chouia angoissant, avec un petit "mais" toute fois. J'espère pouvoir en parler demain :)Merci mille et mille fois !!

Anne 27/05/2009 08:22


Je l'avais oublié celui-là!


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone