Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

1 juillet 2006 6 01 /07 /juillet /2006 16:38

Bien sûr je sais tout le tapage médiatique fait autour de ce livre de Justine Lévy : mais pour moi son roman précèdent "Le rendez-vous » fut un tel coup de cœur que je tenais à cette lecture pour retrouver l'héroïne.

Depuis l’adolescence ils étaient amoureux. D’un amour qu’ils pensaient fort, éternel. Ils avaient juste oubliés que c’était aussi un amour enfantin. Alors, quand des décisions adultes seront à prendre Adrien et Louise ne sauront plus s’aimer. L’un prend une maîtresse et l’autre devient dépendante aux amphétamines. Adrien part. Avant de pouvoir faire le deuil de leur histoire Louise se ferme aux autres, s’interdit joies, sentiments ou envies, se sent toute vide dedans.
 
 
Faites fis de: dans la vraie vie « C’est la fille de…. », « Son amoureux  c’est… », « La maîtresse de son mari c’est… » et laissez- vous porter par le texte. L’écriture est du style « langage oral », mais les mots touchent. Ils expriment bien le chagrin d’amour, la virulence proche de la haine difficile à maîtriser, la peur de recommencer une autre histoire.
Moi, j’ai ressenti à travers ces pages toute la souffrance de Louise, tout comme j’avais compati à sa douleur d’être une enfant si mal aimée de sa mère. Un moment de lecture intense pas de révélations « people » croustillants : voilà tout ce que j’espérais de cette lecture et c’est ce que j’ai obtenu.

(Livre de poche)
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

H
Je ne savais même pas que Lévy avait une fille. Puis je l'ai vu à l'émission d'Ardisson elle venait y présenter son livre. J'ai été vraiment touchée par cette femme. Peu de temps après j'ai trouvé son livre en brocante et je me suis jetée dessus.  Je ne l'ai pas regretté. Je trouve qu'elle écrit très bien, elle sait trouver les mots et faire ressortir les sentiments. Elle ne tombe pas dans le voyeurisme ni la méchanceté gratuite. J'ai vraiment apprécié.
Répondre
L
Ton article résume très bien les appréhensions qu'on peut avoir à le lire, mais aussi la justesse de l'auteur et son flow captivant... Moi aussi j'en avais parlé sur mon blog. ;-)
Répondre
T
eh bien moi j'avais adoré;..va faire un tour sur mon blog. ;))
Répondre
A
Bien, je vais finir par le lire et surmonter mon rejet, "des mots qui touchent, lecture intense" cela donne envie.
Répondre
L
Ton commentaire donne envie de les découvrir, je les avais écartés tous les 2, justement parce que fille de...
Répondre

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone