Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

3 juillet 2006 1 03 /07 /juillet /2006 07:54

Début juin Hervé mettait sur son blog un avis enthousiaste pour ce roman de Blaise Cendrars. Je me suis souvenue que je l'avais depuis bien longtemps dans ma PAL...

En 1834, à 31 ans, Johann August Suter abondonne son épouse et ses quatre enfants, quitte sa Suisse natale pour rejoindre cette Amérique prometteuse. Vagabond, escroc, aventurier, ingénieux il va réussir à devenir riche, très riche. Mais il ne pourra pas le rester: tous ses employés se transforment en chercheurs d'or et sans main-d'oeuvre son exploitation agricole prolifique se meurt. Et bien sûr comme un malheur n'arrive jamais seul.....

J'ai dévoré cette histoire: merci Hervé! Sans toi je ne sais pas quand j'aurais ouvert ce livre (jamais?!) si  loin de mes thèmes de prédilection. La conquête de l'Ouest, la ruée vers l'or, le style "pionnier-western" très peu pour moi. Mais ce roman regorge de références historiques passionnantes (l'indépendance de la Californie, la construction de San Francisco...), le général Suter est attachant et surtout l'écriture est très drôle. Un humour qui cache aussi une réflexion intéressante sur la valeur que l'homme accorde à l'or.

Avec ce roman acheté un jour d'excès de zèle du genre "Mais lis donc un peu plus d'oeuvres classiques !", je ne m'attendais vraiment pas à un moment de lecture aussi délicieux. Comme quoi...

(Folio)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Géraldine 14/02/2009 00:02

Exactement comme toi. je me souviens avoir lu ce livre il y a très longtemps, par un dimanche de pluie. Une amie m'a appelé pour me proposer un cinéma. Je lui ai répondu : Je ne peux pas, là, je suis dans un livre fascinant qu'il faut que je termine !

Anne 14/02/2009 09:00


J'adore quand un livre est capable de me captiver à ce point-là ;-)


Bernie 24/07/2007 18:45

Même avis : très bon livre sur la ruée vers l'or

Kévin 11/07/2006 09:29

Bonjour Anne !
Très joli blog (je t'ai rajoutée dans mes liens).Ton commentaire me donne envie de lire ce livre, depuis le temps que je ne me suis pas 'trempé' à un classique... Je te souhaite un bel été, avec toutes mes amitiés

Anne 12/07/2006 09:21

Merci Kévin pour ce commentaire trés sympathique. Je vais de ce clic te rendre une petite visite...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone