Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

11 juillet 2006 2 11 /07 /juillet /2006 08:09

Cuné a écrit 2 fois sur Henry James des avis plutôt favorables, alors quand j'ai aperçu ce petit poche à 0,90 euros à ma bouquinerie, il a rejoint ma PAL.

Mr et Mrs Gereth ont passé 25 ans de leur vie à dénicher des oeuvres d'art afin de meubler leur château de Poynton. A la mort de Monsieur, selon la loi anglaise du début du 19éme siècle, seul leur fils Owen hérite. Désespoir de Madame d'autant plus grand que celui-ci est fiancé avec Mona, femme au mauvais goût navrant. Fleva Vetch lui semblerait une châtelaine plus appropriée. Celle -ci est bien amoureuse d'Owen, mais est  trop convenable pour le faire faillir à sa promesse de mariage...

Ecrit en 1897, ce roman anglais semble vraiment désuet. Les sentiments décrits non seulement n'ont plus cours de nos jours mais en plus paraissent ridicules. Malgré ça j'aurai pu apprécier quand même pleinement l'histoire, je pense que c'est plutôt le style qui m'en a empêché. Difficile de s'imaginer dans une intrigue quand les personnages sont nommés Mme X ou Mr Y, obligatoirement une distance s'installe avec le lecteur.

Définitivement de la littérature anglaise je préfére la contemporaine.

(Livre de poche)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

carole 23/07/2006 22:50

Juste un mot. Juste dire que je me retrouve dans les commentaires apportés sur chaque lecture, et mon choix de livre est aussi tres semblable. J'adore aussi tes journées achat lecture. Revenir avec 4 ou 5 bouquins, qu'elle joie immense. J'aime aussi tout le reste, la description des week end ici ou là, les pensées pour ta fille qui passe le bac. Quelque chose me dit que nous nous entendrions très bien. J'ai mis ton blog en coup de coeur, et je vais prendre plaisir a le découvrir. Pour ma part, je n'en ai pas créé. Il est vrai que je devrais peut etre m'y mettre, un jour peut etre je demanderai un coup de main à ma fille. Mais.. chut.. j'ai peur de la page blanche ! Merci en tout cas pour ces pages..

Anne 25/07/2006 08:46

Merci beaucoup pour ce mot très sympathique. Tu comprendras, si tu te décides à faire un blog, combien ces commentaires font plaisir. Et surtout ils encouragent à continuer, parce qu'ils prouvent que ce qu'on écrit n'est pas vain, nous sert à partager. A ne jamais se sentir seule aussi. Allez, comme moi demande à ta fille de t'aider (moi, sans elle je n'aurais jamais su le "construire") et n'ais pas peur d'écrire. J'avais fait un petit article sur ce sujet au mois d'avril, et je me suis rendue compte que chacun avait ce problème de page blanche. Du coup ça m'a rassurée et écrire m'est devenu plus facile.
Au plaisir de retrouver tes commentaires.

pom' 12/07/2006 07:54

En parlant de ne pas renoncer, j'ai suivi ton conseil, j'ai lu "hygiène de l'assassin d'Amélie Nothomb. Son style, très particulier, ne m'a pas reconcilié avec l'auteur. Je trouve ses écrits  prétentieux, je cite " vous osez me comparer aux plumitifs" ou cette phrase" ...puisque le métabolisme se divise en anabolisme et en catabolisme, j'ai scindé la métaphysique en anaphysique et en cataphysique". Ou va-t-elle chercher tout ça? Amélie Nothomb veut provoquer et faire réagir les lecteurs en inventant des personnages et des situations choquantes.

Anne 12/07/2006 09:48

Vraiment navrée Pom de t'avoir orientée vers un roman qui ne t'as pas plu. Merci en tout cas d'avoir essayé! Je peux comprendre que le style d'Amélie Nothomb ne plaise pas, mais c'est bien tu critiques après avoir lu.

Papillon 11/07/2006 13:28

J'espère que tu ne renonceras pas complètement à Henry James, parce qu'il a quans même écrit de fort jolies choses. Je pense notamment à Portrait de femme qui m'avait bouleversée...

Anne 12/07/2006 09:34

Non, rassures toi je ne vais pas abondonner dés le premier roman alors que je lis tant d'éloges sur vos blogs! Je retiens "Portrait de femme" pour un nouvel essais.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone