Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 10:25

L'enfance de nos chérubins me paraissait presque éternelle, et puis non: aujourd'hui elle est finie. Ils sont adultes, quittent le nid pour faire le leur.

Et nous, nous réalisons ce rêve que nous n'avons pas voulu leur imposer.
Tout quitter (...ou presque!).
Commencer une autre vie.
Sans doute plus dure, plus difficile.
Mais tellement, tellement plus proche de ce que nous sommes au fond de nous.

La Margeride (Lozère)

Cela fait maintenant 3 ans que nous sommes tombés littéralement amoureux de la Lozère.
Que nous nous battons pour mettre en place ce projet d'"immigration verte".
Et voilà: dans un peu plus d'1 mois (sauf catastrophe..) ce rêve sera complètement concrétisé!
 
Malgré "La Crise",  je vais mettre fin à un CDI pour quelques remplacements encore incertains.

Nous allons échanger une copropriété de 55 résidents dans une ville de 45000 habitants pour un hameau de moins de 10 personnes dans un canton de 130 habitants. (C'est peu dire que ça va nous changer!)

Nous allons laisser la ville, ses "tout à portée de main" pour une campagne où le premier commerce, un bar-alimentation-boulangerie, est à 3,5 kms et le seul hypermarché du département à 21 kms. (Plus de bouquineries accessibles en bus!)

Nous avons vendu un appartement propre et confortable pour acheter une vieille bâtisse où plus personne ne vit au quotidien depuis près de 30 ans.(Y'a quand même l'eau et l'électricité!)


Une vraie folie?
Peut-être pour vous, mais pour moi seulement l'évidence que mon bonheur est là-bas.

Parce qu'ici j'ai eu une histoire familiale lourde à porter.

Parce que le stress urbain et les gens surexcités me fatiguent, sont en complète divergence avec ma personnalité.

Parce que mon boulot est ennuyeux comme pas 2: j'y gaspille beaucoup trop d'heures de ma vie, en échange de quelques sous.

Parce qu'autour de nous ce ne sera plus l'insupportable béton mais 1500 m3 de terrain cloisonnés par de petits murets tout plein de mousse, parsemés de quelques arbres. (Bon c'est vrai, pour l'instant, de quelques orties aussi...)


Parce que, de nos fenêtres, plus de vue sur le rond point ou le voisin d'en face mais sur la montagne.


Parce que le bruit, là-bas, c'est le vent dans les feuilles, le ruisseau qui coule au bas de notre jardin, les bêlements des moutons qui passent au bout du chemin.

Le caquètement des poules aussi

Parce notre maison a une histoire de plus de 250 ans, est faite de pierres et de bois, possède une grange centenaire construite par un père et son fils, dont la beauté ferait se damner tous les architectes. (J'avoue, là, une certaine fierté mal placée!)


Parce que j'ai envie de devenir une vraie grand-mère pour des petits-enfants qui courront dans un espace vert sans clôtures, qui mangeront des légumes de mon potager.
Qui sait, qui aimeront peut-être ma terre comme je l'aime déjà tant.



Je ne vous cache pas que tout ne se fait sans doutes, sans peurs devant l'inconnu. Que tout ne se fera pas sans calculs et recalculs de budgets, sans fatigues et découragements.
Pourtant la fille toujours pleine d'incertitudes, d'hésitations, plutôt faible et angoissée que je suis, est aujourd'hui absolument certaine de son choix. Sereine. Pleinement heureuse. 

Les clés de "notre domaine" (Fierté mal placée bis!)

Maintenant pour les billets de mes lectures de la semaine dernière, vous allez pouvoir les attendre longtemps!
En 10 jours j'ai difficilement fini les 100 dernières pages de mon roman en cours.
Il faut dire que 10 à 12 heures par jour nous avons nettoyé 18 ans de toiles d'araignées (entres autres!), débroussaillés autant d'années d'herbes folles, déblayé des gravats, bricolé plomberie, sanitaires (entres autres bis!), reçu quelques artisans (plusieurs corps de métiers vont être bien nécessaire!).....

Lire tout mon saoul, les doigts de pieds en éventail,  dans une chaise longue du jardin, ce sera pour plus tard!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Orchidée 22/07/2009 10:19

quelle beau billet ... pour un choix que beaucoup gardent en rêve et que tu as choisi de vivre !!! profite de la verdure !

Anne 23/07/2009 08:00


Des années que je goûte au béton sans plus l'apprécier, alors soit-en sûre: la verdure je vais en
profiter


Frisette 20/07/2009 03:23

Comme je t'envie d'avoir le courage de réaliser ton rêve car ce n'est certainement pas évident de partir comme ça, sans garanties...Mais je te comprend d'avoir envie de calme et d'air pur.  Ça me manque tellement moi aussi.  Un jour peut-être ferai-je le saut.Profitez bien de chaque instant et surtout, je vous souhaite plein de bonheur dans cette grande aventure. :-))

Anne 20/07/2009 09:33



Je ne me suis pas du tout posé la question "Est-ce que c'est faisable?" (Aurais-je du?!), puisque partir était devenu indispensable pour moi. Quand tu
commences à te sentir mal dans ta vie, comme une pièce de puzzle qu'on essait de faire rentrer là où n'est pas sa place, aucun obstacle n'est insurmontable. Question de survie...
Par contre, oui, il faut de l'énergie et un moral costaud....un poil de folie aussi!!!

Merci de ta visite Frisette.



Theoma 09/07/2009 17:18

Un magnifique billet plein d'émotion. Tous mes voeux pour ce nouveau départ !

Anne 10/07/2009 08:01


Merci Et encore, je te promets qu'en "vrai" il y a encore plus démotions que je n'ai pu l'écrire!


clochette 07/07/2009 00:29

Je t'admire Anne d'aller jusqu'au bout de tes rêves et espère juste très égoïstement que tu auras dans ce petit village une connexion internet pour nous donner de tes nouvelles. Et si des chambres d'hôtes pouvaient accueillir quelques LCA pour rompre de temps en temps cette tranquillité choisie ce serait vraiment super !

Anne 07/07/2009 08:47


Oui, oui Internet dés l'arrivée...pour la chambre c'est prévu, mais pour plus tard


Arlette 06/07/2009 22:31

Une belle décision , je connais la Margeride , c'est superbe , Pour les orties n'oublies pas d'en garder pour tes recettes, et aussi pour ton jardin ( le purin est génial ) .Que tes nouvelles journées répondent à tes attentes , que du bonheur et aussi de très gros bisous en prime

Anne 07/07/2009 08:44



Merci Arlette!


Si tu avais que la Margeride n'était pas belle, j'aurais été très fâchée...déjà chauvine la fille  



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone