Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 19:30

Ce roman de Simonetta Greggio est ma 4ème lecture pour le Prix Landerneau.

 

 


A 43 ans, Emma a choisi une vie rurale rude et solitaire. Complètement accaparée et passionnée par son métier de vétérinaire elle oublie, certains soirs, les raisons qui l'ont amenée à choisir cette solitude. Trop fatiguée.
Pourtant quand Gio, l'ado de ses anciens amis, fugue et débarque chez elle l'envie, l'énergie d'aimer à nouveau la surprend.



J'ai bien aimé ce livre.
D'abord pour l'environnement. La campagne, la rigueur de l'hiver, une maison isolée, les chemins, la forêt sont le berceau de cette histoire et, forcément,  je n'ai su y rester insensible.
Ensuite, pour l'écriture qui a su me bercer. Le ton est intime, comme chuchoté. Quand la révolte, la colère s'exprimeront: le récit reste calme. Quand la douleur, le deuil se présenteront : les mots restent doux.

Pourtant, cette lecture m'a laissée un tantinet insatisfaite.
Le sujet, certes délicat, est traité avec tellement de pudeur, que je n'ai pas saisi le moment où Emma et Gio ont eu ces gestes condamnables. Exprimée trop en demi-mot, il ne m'a pas été possible de me plonger réellement dans leur histoire. Ou de saisir son ampleur.
Et puis, leur amour est décrit avec tellement de retenu que je n'ai éprouvé aucun fragment de leurs sentiments.
Dommage, vraiment dommage.
Il faut quand même qu'un minimum soit écrit pour comprendre, ressentir et s'émouvoir...

"Les mains nues" fera un très bon poche pour vos vacances de l'année prochaine...Mais d'ici là, je suppose que vous aurez déjà certainement noté maints autres titres!

Pour des avis similaires au mien: Clarabel,Cathulu, Papillon et Sylire
Pour des avis plus enthousiastes: Malice et Lily.

Editions Stock
Crédit couverture: Editions Stock et Fnac.fr


Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Sur ce sujet je vous conseille 2 excellents livres :- le très connu "le liseur" de Schlink- le pas connu "Les mals partis" de Jean-Baptiste Rossi alias Sébastien Japrisot, roman assez admirable écrit alors que l'auteur n'avait que 17 ans et qui fut salué par des gens comme Sartre, Beauvoir, etc.De Greggio j'ai lu "Stella" (moyen et insipide aussi) et le superbe "la douceur des hommes"
Répondre
A


Je les ai lu tous les 2 et moi aussi je les avais trouvé vraiment excellents.


J'ai aussi aimé "La douceur des hommes". Pour "Stella", je vais éviter.



Y
Je ne suis même pas allé au bout de cette lecture tellement je trouvais ce livre insipide.
Répondre
T
je dois avouer que peu de lecture de la sélection du prix Landerneau m'ont fait envie cette année.
Répondre
A

Pourtant, globalement je l'ai trouvé bien meilleure que celle de l'année dernière...


L
Je l'ai lu aussi et mon avis est vraiment très proche du tien. J'ai eu le sentiment que le sujet se voulait peut-être racoleur ou quelque chose comme ça alors qu'en réalité l'auteur avait quelque chose de plus intimiste en tête et ne comptait pas du tout développer sur le côté sulfureux ou autre de l'histoire. En fait le côté femme mûre/ado ne m'intéressait pas outre mesure et je n'ai pas vraiment ressenti le besoin d'en savoir plus mais je ne comprends pas l'intérêt d'insérer ce sujet si particulier dans un roman sans le traiter sérieusement.
Répondre
A

Merci Lou d'avoir pris le temps de me laisser ton avis (effectivement proche du mien!)


G
Un livre qui ne remporte pas l'enthousiasme d'une chroniqueuse a peu de chance de m'enthousiamer à nouveau ! Je passe mon tour !
Répondre
A

Michel a été enthousiasmé, alors peut-être qu'il pourrait te plaire


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone