Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 18:40
Aifelle m'avait déjà parlé de son admiration pour Gilles Clément, avant que je n'assiste à l'une de ses conférences en avril dernier. Et effectivement, écouter parler ce "simple jardinier" (c'est ainsi qu'il se qualifie alors qu'il est, en autres, ingénieur agronome!) fut un véritable bonheur.

A la fin de son intervention, Frédéric et moi avons pu échanger quelques mots avec lui. Vous vous doutez bien que notre maison en Lozère fut au coeur de la discussion. Il a conclu, notre conversation, en nous disant: "Quelle vie merveilleuse vous allez avoir!".

Je l'ai quitté un nuage dans la tête et son livre dédicacé dans les mains.


Gilles Clément est originaire de la Creuse. Des différents avec son père lui ôtent l'accès à la maison familiale. Qu'à cela ne tienne: il bâtiras la sienne. Sur un terrain considéré inconstructible.
Des pierres du coin, du bois de la forêt attenante, des bras de copains, du savoir-faire des artisans locaux, des encouragements, des idées...agenceront une "cabane" parfaitement intégrée à son environnement.



Ce récit est simple et profondément humaniste. 

Gilles Clément y livre, avec beaucoup de pudeur, sa sensibilité et ses douleurs. Il m'a souvent émue.

Mais il est aussi drôle et tendre, quand il parle de ses payses. Fernande, René, Roger, Alphonse, Simone: vous existez pour de vrai et pourtant je vous ai trouvé beaux comme des personnages de romans.

Bien sûr, les tracasseries administratives ou les rancoeurs ne pourront lui être éviter.
Alors, avec plus de dérision que de rancoeur, Gilles Clément fulmine contre gendarmes, employés EDF, notables. A peine. L'homme sait doser ses colères. J'admire...

Ce livre est devenu l'un des trésors de ma bibliothèque. 

Il a inspiré de bien jolis billets chez  Aifelle, Cathulu et Petitlapin.

Editions Nil
Crédit couverture: Editions Nil et Fnac.fr
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
jamais rien lu de Gilles Clément, je crois que je vais commencer par ce livre. j'ai posté un article sur lui ce matin.Bonne journée
Répondre
A

Super, je vais aller te lire!


G
Si d'après ce que je comprends ce livre prone comme un retour à l'essentiel, il pourrait bien me plaire. En tout cas, bonne installation dans ta campagne, à moins que tu y sois déjà et que tu aies déjà récupéré internet ???!!!
Répondre
A

Nous y serons le 6!


A
Tu en parles joliment bien, on te sent très concernée ! je suis ravie que tu l'aie aimé autant que moi, c'est un vrai trésor ce livre.
Répondre
A

Je me demande si je parle bien du livre ou de Gilles Clément  Les 2 sont
des trésors n'est-ce pas?


E
Vu ton billet, je ne peux que noter.
Répondre
A

Vu la qualité du livre, tu ne peux que le lire!


T
tu m'as convaincue d'une très belle façon. J'aime bcp comme tu en parles et je me réjouis de le lire.
Répondre
A

 Merci!
Bonne lecture réjouissante!


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone