Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 09:10
Hier soir nous sommes allés voir « La tourneuse de page » de Denis Dercourt. C’était le jour de sa sortie, je sais que beaucoup ne l’auront pas vu aujourd’hui : je vais donc en dire le moins possible. Car moi s’il y a quelque chose qui m’horripile c’est bien de tout connaître avant de découvrir un film !
 

Mélanie, âgée d’une dizaine d’années, semble douée pour le piano et tente l’entrée au conservatoire. Pendant sa prestation, Ariane présidente du jury et pianiste reconnue, laisse entrer une importune, accepte de signer un autographe. Déconcentrée la fillette gâche son concours. Dépitée, elle abandonne même complétement la musique. Une dizaine d’années plus tard, sa rancune est toujours tenace, associée à un désir de vengeance…
 
 
Surtout n'allez pas voir ce film pour un scénario original au suspense intenable ou truffé de rebondissements intenses ; vous seriez déçus. Par contre, si vous voulez un film où les actrices sont d’un talent indiscutable, où des tas émotions contradictoires vous envahissent parce devant ces deux femmes-là c’est inévitable, si vous admirez Catherine Frot ou si vous ne la connaissez pas : courrez-y !
Signe que cette histoire m’a bouleversée, ce matin j’ai encore au fond de moi bien présents tous les sentiments que j’ai éprouvé durant la séance : antipathie pour Mélanie, affection et pitié pour Ariane. Mais chut… je dois me faire violence, arrêter là mon billet comme promis ; si je développe le pourquoi de ces ressentis je vais trop divulguer…Je me lâcherais avec des commentaires !

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

choupynette de Restin 11/09/2006 15:33

Ton billet me sauve! Je veux aller voir ce film, mais Mr n'est pas convaincu... après la lecture de ce billet, il devrait l'être!! Très bien ton blog ;-) As-tu essayé la truffade pendant tes vacances?? C'est mmm!

Anne 11/09/2006 17:31

La truffade? Non, décidement il faut que je reparte...

Nounouchette 14/08/2006 20:13

Je viens de voir le film aujourd'hui et je le trouve tout simplement admirable ! J'ai vraiment adoré le jeu des deux actrices principales, principalement basé sur le regard. Un vrai tour de force !

Exuvie 14/08/2006 10:16

J'aime beaucoup Catherine Frot mais je n'irai certainement pas voir le film. Des films comme ça, avec des sentiments compliqués et contradictoires de dépendance et de vengeance, ça s'est déjà fait mille fois. Les français aiment bien ce genre de films qui évoquent les psycho-pathologies, les relations ambigues... Je ne trouve pas pourtant qu'on en sorte grandi. Je sais que le cinéma ne sert pas juste à grandir, hein, mais bon... pourquoi aller s'encombrer des névroses des autres quand on a assez à faire avec soi ?

Anne 15/08/2006 09:18

"S'encombrer des névroses des autres..."? mais c'est tout simplement de l'humanité! Ne s'occuper que des siennes n'est-ce être égoïste et se condanner à la solitude?

Papillon 12/08/2006 14:44

C'est vrai que c'est super te voir ta photo, Anne !

Anne 12/08/2006 17:05

Merci beaucoup les filles. Ce ne fut pas évident pour moi d'oser.

Cuné 12/08/2006 11:25

>Rien à voir, mais Anne, elle est géniale ta photo !! Bien contente de voir ton joli minois. :-D

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone