Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

22 août 2006 2 22 /08 /août /2006 21:09

D'après la 4ème de couverture de ce roman, l'auteur américain Mitch Albom est resté longtemps sur la liste des best-sellers du New York Times. Je ne sais pas si c'est ce qui a motivée Céline à l'acheter, toujours est-il que cette amie l'a suffisamment aimé pour me le prêter.

 

Eddie, 83 ans, est responsable de l'entretien et la sécurité d'un parc d'attraction. En voulant sauver une fillette quand la défaillance d'un manège crée un accident, il meurt. Mais aucun humain ne peut rejoindre le paradis sans avoir assimilé le sens de sa vie terrestre. Il faut donc, là-haut au"purgatoire", rencontrer cinq personnes croisées en bas, dont la vie a influencé la votre. A l'écoute de leur histoire, vous comprendrez la vôtre, pourrez pardonner ou vous pardonner.

 

Ce livre ne vous offrira pas, à mon avis, de grandes réflexions sur le hasard, la vie ou la mort. Ce joli conte moderne, dans le style de ceux de Marc Lévy ou Guillaume Musso, véhicule plutôt toute une gamme d'idées "gentillettes". Mais il est d'une lecture agréable: l'écriture est fluide, Eddie bien que très stéréotypé (enfant mal-aimé par son père, rescapé du Vietman, velléitaire...) reste attachant. Et l'auteur a su donner assez de consistance aux autres personnages pour m'accrocher, m'emmener jusqu'à la dernière page sans ennui.

A emprunter à la bibilothéque un jour morose.

(Pocket)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

ALaure 23/07/2007 21:43

Je suis assez d'accord avec Philippe et Virginie.J'ai passé un bon moment de lecture avec ce bouquin.

virginie 02/11/2006 19:40

Je suis étonnée de voir autant de mauvaises critiques sur cet ouvrages. personnellement, j'ai beaucoup aimé, je l'ai trouvé très beau et l'idée est assez originale.

pom' 06/10/2006 09:14

je me suis arretée a la deuxième rencontre, ce livre ne m'a pas emballée.

Philippe 25/09/2006 09:18

Moi je l'ai lu et aimé. Un bon divertissement. Très bien, oui très bien...

Tedik 28/08/2006 17:24

Je n'ai pas réussi à terminer ce livre...Pourtant prometteur, comme l'indiquait la couverture, je m'attendais à une révolution du genre 'Le monde de Sophie'...Malheureusement, j'ai trouvé la narration un peu plan-plan, un peu lente, décousue, même si indéniablement, l'idée de départ est excellente. J'ai surtout eu du mal avec l'homme bleu.
L'un des rares bouquins que je n'ai pas finis. Ce qui est loin de dire qu'il n'est pas bon - peut-être le rouvrirai-je un jour prochain.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone