Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 12:00

Plusieurs billets ont vanté ce roman de Maggie O'Farrell, puis Aifelle m'en a parlé de vive-voix avec beaucoup d'enthousiasme. J'en attendais donc beaucoup.


Un asile psychiatrique ferme ses portes. La direction prévient les familles des malades. Et donc Iris.
Mais Iris n'a jamais entendu parler d'Esme, qui serait la soeur de sa grand-mère Kitty! Et cette dernière atteinte de la maladie d'Alzheimer ne peut lui donner aucune explication. 
Alors le temps que les services sociaux s'organisent, elle va la garder chez elle.
De retour dans la "vraie vie" Esme se souvient peu à peu. Commence à comprendre le pourquoi de ses 60 ans d'internement.
De son côté, Kitty, à travers les brumes de son esprit perturbé, voit le remords se profiler.


J'en attendais beaucoup et je n'ai pas été déçue du tout!
Ce roman est typiquement de ceux qui se lisent facilement, dont l'histoire vous accroche dès son ébauche.
La construction du récit n'est pas chronologique. Les indices donnés tour à tour par Esme, Kitty et Iris, pour comprendre la trame, sont distillés à petites doses. Notre imagination, émoustillée, doit remettre peu à peu tout en place, et ça moi j'adore!

A travers la vie de ces 3 femmes, Maggie O'Farrell, raconte combien au début du siècle les femmes pouvaient facilement être internées, sous le prétexte d'hystérie féminine. Terme médical qui englobait tout et n'importe quoi comme, par exemple, une espièglerie adolescente. 
Il est aussi beaucoup question de maternité dans ce livre. Celle qui devient besoin douloureux, celle qui fait tant souffrir quand elle devient deuil.
Le tout est enveloppé dans un carcan de secrets familiaux pas jolis du tout...

Cette lecture ne me laissera sans doute pas un souvenir éternel, mais entre suspense, émotions, frissons d'horreur elle m'a rappelé combien lire était un plaisir.

YS en avait un livre voyageur. L'ont lu: Aifelle, Anjelina , Bellesahi, Cathulu, Florinette, Karine, Nanou...Avis unanimes!

Editions Belfond
Crédit couverture: Edition Belfond et Fnac.fr
 


 
Objectif PAL: -1

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Allie 02/10/2009 17:32


Heureuse de voir que ça t'a plu! J'ai aussi envie de le lire. J'avais bien aimé "Quand tu es parti" de la même auteur.


Anne 02/10/2009 19:37


Je vais essayé de ne pas le faire trop languir dans ma PAL


dasola 02/10/2009 07:57


Bonjour, moi aussi, j'ai dit tout le bien que je pensais de ce roman le 17/05/08. Je le recommande chaudement. Bonne journée.


Anne 02/10/2009 19:34


Je vais aller lire ton billet...


caro_carito 27/09/2009 14:16


Non elle a un petit air de Kate Winsley


Anne 29/09/2009 16:44


Ah oui, tiens c'est vrai.


caro_carito 26/09/2009 15:41


Je ne l'ai pas dans ma pal mais si je tombe par hasard sur lui je crois que je l'achèterai.


Anne 27/09/2009 11:52


Je suis sûre que tu n'auras pas de mal à te rappeller sa couverture si joliment rétro


Nanne 24/09/2009 20:53


J'espère qu'il sortira bientôt en poche pour que je me jette dessus comme la misère sur le bas monde et pour le dévorer ! Depuis que je lis autant de billets élogieux, il a attisé ma curiosité et
suscité mon intérêt ...


Anne 27/09/2009 11:51



J'ai eu la chance de le trouver à la bouquinerie au prix d'un poche



Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone