Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 19:35
Suite à ma lecture du roman de Sue Hubbel "Une année à la campagne", Cathulu et Aifelle m'avaient suggérée de lire ce recueil de témoignages de Françoise Lapeyre.


Inutile que je vous fasse un résumé: le titre est suffisamment explicite.

Les récits sont classés selon la spécifité de chaque solitude.
Certaines femmes vivent une solitude nécessaire. Bien souvent ce sont des artistes.
D'autres subissent une solitude survenue ou la choisissent réparatrice.
Pour finir, plusieurs religieuses content leur vie d'ermite.

J'ai pioché au coeur de ces vies une base de réflexion personnelle. La nature et la solitude qui me sont nécessaires, ne sont pas en moi par hasard. Je commence à le comprendre......

Pourtant je ne suis, au final, pas franchement emballée par ce livre. Je l'ai trouvé trop froid. Françoise Lapeyre raconte, retranscrit des paroles, mais je n'ai senti aucune chaleur dans son écrit. Elle est restée distante alors que j'aurais aimé ressentir quelques émotions ou, au moins, un certain attachement pour ces femmes-là.


J'ai relevé plusieurs remarques très pertinentes sur la vie à la campagne. Je vous en note quelques unes.
Histoire de laisser entrevoir (à ceux qui n'en ont pas encore marre d'être bassinés!) un peu de mon quotidien lozérien.

"Le déroulement des journées témoigne des tiraillements entre les sollicitations de cette vie tant aimée (...) toujours les mêmes conflits entre le désir de lire, de contempler à l'envi la nature et de retourner à ses travaux" 
Ah! Toujours ce temps qui manque, me tiraille, m'oblige à des choix...

 A propos des courses: "Ne rien oublier, sinon s'en passer!". Tout à fait vrai quand le premier supermarché est à plus de 20 bornes de chez soi!

"Le décor de ma vie est un fabuleux cadeau". Oh que oui!

"J'avais besoin de solitude tout en étant, affectivement, très dépendante." Rarement phrase a si bien parlé de moi. Ma dépendance comme un état positif, un état de femme très amoureuse.

"Le contact avec la nature m'est essentiel.  La contemplation de la nature est pour moi une source d'émotions où mon coeur se dilate. Ce sont des moments de louange et d'émerveillement. C'est la lumière, le ciel, les couleurs, les parfums, les saisons."
Voilà pourquoi je délaisse tant mon ordi!

Editions J.C Lattès
Crédit photo: Editions J.C Lattés et Fnac.fr


Merci Aifelle!

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

liliba 11/10/2009 12:04


Surement très intéressant, mais je ne retournerai jamais vivre à la campagne, j'en ai trop souffert quand j'étais ado !


Anne 12/10/2009 15:15


Et moi je ne retournerai jamais vivre en ville, j'en ai trop souffert quand j'étais trentenaire


Aifelle 09/10/2009 15:24


C'est un document et c'est un parti-pris de l'auteur de ne pas y avoir mis d'émotion. C'est le côté documentaire qui est en effet intéressant. Que ces femmes parlent directement de leurs états
d'âme aurait été un autre livre. Mais c'est vrai que pour certaines, j'aurais aimé aller plus loin.


Anne 10/10/2009 10:05


Je crois que c'est justement cet "autre livre" que j'aurais préféré lire. C'est parce que ces témoignages sont si interessants qu'il est frustrant de ne
pas en savoir plus.
Encore une fois, merci pour cette découverte.


Celsmoon 05/10/2009 20:17


Oh tu me donnes très envie...


Anne 06/10/2009 18:08


Les blogs de lectures sont fait pour cela: donner envie, non?


Florinette 05/10/2009 18:32


Je ne suis pas à la campagne et beaucoup moins retirée que toi, mais je me retrouve quand même dans certains extraits, comme celui-ci : toujours les mêmes conflits entre le désir de
lire, de contempler à l'envi la nature...Aujourd'hui, vu le beau temps et la chaleur, j'avoue ne pas avoir hésité de chevaucher mon vélo pour aller m'installer sur la plage avec un livre que
je reposais de temps en temps afin de contempler l'océan !




Anne 06/10/2009 18:07


Tu n'es pas à la campagne mais je sais que tu ressens la même chose que moi devant l'océan.
Nous avons raison de bien profiter de ce debut d'automne exceptionnel.


florentine 05/10/2009 10:56


Bonjour si vous aimez la lecture je vous recommande de lire un roman intitulé Le krack de lumiere de Paul Hemyk Victor, un vrai petit bijoux d'originalité!


Anne 05/10/2009 17:09


Si j'aime la lecture?  Heuuu, bof...juste un
peu


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone