Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 18:00
J'ai lu, avec plaisir, quelques livres de Stefan Zweig. J'ai frémis, comme rarement, avec "Le joueur d'échec" et ai été émue aux larmes avec "La confusion des sentiments". Sans conteste mes 2 titres préférés.
Il y a quelques jours, "on" m'a offert cette nouvelle et il ne fut pas question de la faire passer par ma PAL.





Un matin, un romancier renommé reçoit la lettre d'une femme avec cet en-tête: "A toi qui ne m'a jamais connue".
Au fil des feuillets, une femme lui exprime, avant d'expirer, tout cet amour qu'elle a tenu secret des années.



Je le dis tout de suite, ce texte ne détrônnera pas mes 2 favoris.
Je l'ai lu avec plaisir, apprécié quelques jolies tournures de phrases. Voilà. C'est tout.

Nombre d'entre vous* ont pourtant été extrêmement touchés par cet amour unilatéral, mais moi non.
Le "trop" m'a gênée. Trop de servitude, trop d'abnégation, trop de douleur, trop de passion. Je n'arrive pas à imaginer que toute personne "normalement constituée" puisse aimer à ce point-là. Cette pauvre femme me semblait être un cas pathologique plutôt qu'une véritable amoureuse.
Je n'ai pas pu (ou pas su) être une lectrice empathique ou compatissante. Quelquefois même j'ai frôlé l'agacement. Comme une envie de la secouer, de lui ouvrir les yeux à cette amoureuse transie!

Je crois qu'en moi le féminisme est plus fort que le romantisme. Effet (beaucoup! )plus de 40 ans????

(*En autres:  Alice, Bellesahi, Caroline, Kalistina...)

Un grand merci à "on". Parce que je suis toujours heureuse de recevoir et de lire les cadeaux plein d'amitié. Et ce quel que soit mon ressenti pour le livre offert.

Edit du 7 octobre: Leiloona a publié un billet qui rejoint le mien.

Editions Stock (La Cosmopolitique)
Crédit couverture: Editions Stock et Fnac.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Christelle/jelydragon 17/01/2011 00:36



Ah, enfin quelqu'un qui a le même ressenti que moi sur ce livre, à force de ne lire que des critiques si élogieuses, je me posais des questions ^^


Cet amour maladif ne m'a pas tellement touché, il m'a agacé.



Anne 21/01/2011 17:25



Il y a quelques jours Sylire a publié un billet très élogieux sur ce texte. De quoi nous sentir très seules



Bénédicte 13/03/2010 12:12


j'espère que je saurai te séduire par ma différence alors et je t'invite sur mon blog à lire mon avis sur les écrits de Zweig contenus dans romans et nouvelles ce gros recueil édité aux éditions
Livre de poche Je serai ravie de lire tes commentaires Bonne journée à toi et à bientôt


Bénédicte 10/03/2010 10:36


je fait partie de ceux qui ont été transportés par cette histoire d'amour peut-être parce que je n'ai pas cherché à m'identifier à ce personnage mais que je me suis placée en témoin de cet amour
inconditionnel J'ai adoré et je crois que c'est une de mes nouvelles préférées


Anne 13/03/2010 11:27



Nous sommes tous différents, et c'est bien



Nanne 02/11/2009 20:53


Je n'ai pas encore lu "Lettre d'une inconnue" parce que j'ai plein de romans de Stefan Zweif qui m'attendent sagement dans ma PAL ... Je viens de me procurer le dernier sorti, "Un soupçon
légitime". Mais je suis un peu comme toi, je pense que ces ouvrages ne dépasseront jamais la puissance évocatrice du "Joueur d'échecs" ou de la "Confusion des sentiments" !


Anne 04/11/2009 15:39


J'ai hâte de savoir ce que tu vas penser de "Un soupçon légitime".


Eugénie 01/11/2009 21:27


Je viens de lire "Un Soupçon légitime" de Zweig et j'ai le même sentiment.
Très bon mais ne détrônera pas "Le Joueur d'échecs". Sans doute aussi parce qu'il n'aborde pas ici un thème aussi profond.
Réjouissant, on retrouve l'écriture intelligente et subtile de Zweig mais il manque un je-ne-sais-quoi.
Agéable lecture quand même !


Anne 02/11/2009 15:11


Merci d'avoir pris le temps de déposer ton avis chez moi


Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone