Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

12 septembre 2006 2 12 /09 /septembre /2006 16:28

Décidément j'ai l'esprit de contradiction en ce moment! Ce film de Nicole Garcia qui suscite de virulentes critiques (en autres sur Chronicart) et bien moi, il m'a plu!

 

Une ville en bord de mer: il pleut, il vente, certains hommes n'y sont pas à leur place, leur vie n'est pas celle qu'ils devraient vivre. Le maire échangerait bien sa popularité contre une affection sincère, un professeur de sciences naturelles modeste ne peut oublier son passé de chercheur reconnu, un sportif de haut niveau se reposerait bien un peu, un kiné remplirait bien ses loisirs autrement qu'en construisant un barbecue, un bandit de petite envergure abondonnerait volontiers ses méfaits pour s'occuper de sa maman alitée. Le hasard, la chance ou certaines rencontres: et chacun va pouvoir prendre une nouvelle direction.

 

J'ai trouvé les acteurs très authentiques, même si leur jeu reste classique. Tous ces gros plans sur leur visage donne au film une sensibilité, qui compense largement, à mon avis, un scénario peu étoffé. Il faut juste ressentir ce film, surtout ne pas en attendre une intrigue...

Et si la réalisation de Nicole Garcia est comparée à celle de Lelouche, peu m'importe: je suis une inconditionnelle de ce dernier!

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

bregman 14/09/2006 21:35

Moi aussi j'adore Lelouch. Mais l'adversaire de Nicole Garcia, par contre, je l'ai trouvé bizarrement monté.

Anne 15/09/2006 08:40

Moi aussi, j'avais effectivement été déçue par cette adaption du roman.

clarinette 13/09/2006 22:26

J'avais tellement envie d'aller voir ce film. J'ai beaucoup aimé Le fils préféré et L'adversaire. Mais là j'ai été un peu refroidie par les critiques. J'irais peut-être le voir, finalement, après avoir lu la tienne !

Bill 13/09/2006 08:46

Je l'ai vu vendredi dernier. Il m'a bien plu à moi aussi. Il faut dire que j'aime bien Bacri et Lindon, parfaits dans leur rôles.

Anne 13/09/2006 15:16

J'aime aussi beaucoup Benoit Poelvoorde. Je l'ai trouvé très bien dans ce film.

choupynette 12/09/2006 20:54

Tu viens peut-être de me convaincre d'aller voir ce film. Je dois dire que les critiques m'avaient passablement refroidies... Maintenant je sais à quoi m'en tenir! ;-)

Anne 13/09/2006 15:12

J'ai hâte de connaitre ton avis...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone