Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

17 septembre 2006 7 17 /09 /septembre /2006 10:38

Décidement, ce début septembre est placé sous le signe des souvenirs: entre les excellents "Je me souviens" de Papillon, Cuné et In Cold blog puis la BO style "variétés seventies" du film de Xavier Giannoli, je nage en pleine nostalgie!

 

Alain est un chanteur de bals, de fêtes de Comité d'Entreprise et de maison de retraite, bref une vedette locale à Clermont-Ferrand. Apanage des quinquagénaires seules, il fait quand même la conquète de Marion une jeune trentenaire. Pour une nuit? Il n'arrive pas à l'accepter, mais un homme au métier et look complétement raingard, peut-il obtenir plus?

 

Inutile que je m'étende sur les jeux époustouflants de Gérard Depardieu ou Cécile de France: ils sont déjà couverts de louanges justifiées. Quand aux autres acteurs comme Mathieu Amalric (Hum...vraiment plein de charme cet homme-là...) ou Christine Citti, leur rôle n'a de second que le nom. Par contre, je n'ai pas trouvé le film émotionnellement très fort, mais sans doute parce qu'il reflète la "vraie vie". Celle où l'amour reste difficile entre deux personnes aux cultures  différentes, ou quand une espèce de pitié pour l'autre est incontrôlable.

Nous jaugeons souvent ces chanteurs populaires d'un regard condescendant. Avec ce film la prochaine fois que nous danserons dans un bal de mariage, de 14 juillet ou des pompiers, parions que nous regarderons l'homme derrière le micro avec un oeil différent.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Philippe 20/09/2006 17:41

Vraiment sans plus...  Cécile de Belgique amoureuse de Pardieu... ça l'a fait pas dut tout. J'aurai vu un vieux beau genre Giraudaux ou Lanvin... avè les cernes, con !
Mais Depardieu est plus bankable sans doute !
Mais moi je ne vois toujours Depardieu.

tamara 20/09/2006 16:09

Pour l'avoir vu hier soir, je confirme que ce film est bien (par rapport à la moyenne nationale !). Les acteurs sont bons (j'aime bien C. Citti et j'ai un ami qui ressemble à Mathieu Almaric (inconnu de moi auparavant)). L'histoire est simple et si je devais apporter un bémol, c'est sur la longueur du film : il faudrait retirer un bon quart d'heure (1h52 actuellement) et ce serait plus fluide. Je serais plus indulgente avec les orchestres populaires, désormais !
J'ai quand même préféré "Je vais bien, ne t'en fais pas", beaucoup plus poignant et qui prend aux tripes.

clarinette 19/09/2006 13:50

J'hésite à aller voir ce film, la bande annonce ne m'a pas emballée. J'aime bien Cécile de France, mais Depardieu m'agace ence moment. Pourtant j'ai entendu de bons commentaires à propos de cee film. J'attendrai peut-être qu'il passe à la télé...?

choupynette 17/09/2006 23:15

J'avais hésité entre celui-là et Je vais bien... J'ai vu le second, superbe. quand j'étais... sera mon prochain film...ton commentaire me conforte dans mon envie de le voir (moi qui d'habitude n'aime pas trop depardieu)

Anne 18/09/2006 08:22

Et oui, Marie je suis à l'âge où cette BO est plus nostalgie que découverte!
Merci Amandine pour ton gentil commentaire.
Choupynette, je ne suis pas fan de Depardieu non plus, mais dans ce film son jeu d'acteur est bluffant.

amandine 17/09/2006 22:38

Anne je te félicite pour ton avis sur ce film. Effectivement je ne regarderai jamais plus un chanteur de bal populaire avec les mêmes yeux. De même que l'histoire nous paraît banale car comme tu le dis ce sont les choses de la vie. Bravo.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone