Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 08:17

Le film de Rachid Bouchareb est, actualité politique oblige, le film du moment. Je suis allée le voir hier soir.

 

Lorsqu'en 1943 la France a besoin de soldats, elle fait appel à ses pays colonisés. Beaucoup d'hommes d'Afrique, du Maghreb vont se porter volontaires. Se battre pour sauver "leur mère patrie" leur semble loyal. Sur le front, leurs idéaux sont bafoués: le regard des militaires français est méprisant, les traitements inégaux et leurs missions souvent suicidaires.

 

Les acteurs (est-il utile de le répéter?) donnent tout leur talent, les scènes de guerre sont fortes, les décors superbes, la musique agréable: tous les ingrédients sont présents pour être un bon film.

Je sais parfaitement le message que ce film veut véhiculer, je l'approuve totalement mais je me suis demandé, tout au long du film si le scénario pouvait, de ce fait, rester vraiment objectif. La réalité n'était-elle pas plus nuancée? Sans doute tous les soldats français ne devaient pas être mesquins et tous les indigènes courageux. Cette idée a empêché l'émotion spontanée que certains films m'offrent. Cependant moins catégorique la dénonciation aurait-elle été aussi convaincante?

Reste une belle révision d'histoire, que Fifille, venue voir le film avec nous, a complété avec ses connaissances de bachelière récente ;-)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Valiiiii ! 16/11/2006 17:19

Vive Jamel debouzze ! ! :D

amandine 05/10/2006 11:35

Et bien je viens d'aller le voir et moi j'ai bien aimé. Lorsque l'on retrace une partie de l'Histoire on ne peut échapper à la carricature quelque part. De toute façon en chaque homme même chez les Allemands il y a du bon et du mauvais.
Mais je pense qu'il faut des films comme ça qui dérangent, car ça remet les pendules à l'heure et ça fait du bien de temps en temps.

Anne 05/10/2006 14:31

Tu as sans doute raison: l'homme a souvent bien du mal à se remettre en question s'il n'est pas sérieusement bousculé.

choupynette 02/10/2006 20:01

J'attendais ta critique. Je suis d'accord avec toi, et c'est ce que confirmaient récemment des historiens. Il y a quelques erreurs ou exagérations dans le scénario. Et le film est bien, mais je crois que son message le "surpasse, le dépasse". C'est pour ca certainement que certains sont deçus en allant le voir.

tamara 02/10/2006 16:37

Tout pareil que Clarinette ! L'intention est louable mais je pense attendre la sortie DVD...

clarinette 02/10/2006 15:20

L'affiche est tentante, la cause est "noble", mais je ne sais pas si j'irai le voir, d'abord parce que je n'aime pas trop les films de guerre, et aussi peut-être parce qu'on en parle un peu trop, j'ai peur d'être déçue.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone