Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

24 octobre 2006 2 24 /10 /octobre /2006 07:30

Ce livre d'Akli Tadjer acquis par la bibliothèque de CE fait partie de la rentrée littéraire 2006.

 

La cité HLM "Bel-Avenir" abrite une population hétéroclite où l'amitié reste possible même entre Omar l'arabe et Godasse le polonais. Le temps passe, les immeubles sont détruits, les 2 copains vivent mal leur trentaine: chômage, amours difficiles. Omar en tombant amoureux d'Angélina, réfugiée du Burkina, prendra conscience que certains quartiers parisiens élus par des "sans papiers" peuvent s'avérer pire encore que la cité de son enfance.

 

Prendre les thèmes sensibles du moment: la banlieue, les clandestins, les problèmes d'intégration, la discrimination ne suffit pas pour faire un bon roman. La preuve! Pas un brin attendrie, bouleversée ou même un tant soit peu remuée, je me suis ennuyée avec cette lecture.

Le début peut paraître prometteur, mais très vite l'intrigue stagne et l'humour perd son piquant. Quant à la fin, je l'ai trouvé complètement ridicule. Un style conte de fées saugrenu: la policière étreint le bandit, le préfet pardonne aux hors-la- loi en moins d'une heure, le chômeur se voit proposer un contrat... bref c'est tout juste si on n'a pas le droit au "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants". Un dernier chapitre qui ne colle absolument pas avec un roman qui, peut-être, veut apporter une certaine réflexion sur notre société.

Et pour finir, je poserais bien une question à Mr Tadjer : "Mais qu'est-ce qu'à bien pu vous faire O.W pour inclure dans vos dernières pages son clone mal déguisé et vous acharner pareillement contre elle?" Ne me dites pas que vous êtes "blondophobe"...

 

(Flammarion)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Philippe 24/10/2006 21:08

Pour le plan newsletter, pense à contacter Cathe. C'est une pro.Très amicalement

Anne 25/10/2006 09:06

Tamara, je suis d'accord avec toi: quelquefois ça nous soulage de savoir que nous ne serons pas tentés par une éinème dépense!
Oui, c'est bien à Ophélie Winter que je pensais, et vue les détails fournis sur le personnage il y a peu de chance de se tromper. Je n'aime pas particulièrement cette femme, mais la virulence des critiques d'Akli Tadjer m'a mise mal à l'aise. Je ne crois pas qu'elle ait fait quelque chose de répréhensible qui mérite ce traitement. Et  je trouve ces propos complètement déplacés dans un livre traitant en partie du racisme et de l'intolérance.
Malgré vos recommandations, je ne sens pas motivée pour lire "Alphonse".
Peut-être que l'un de vous aura un avis plus favorable sur "Bel-avenir"...
Philippe, je garde le "très amicalement" avec beaucoup de plaisir, par contre je pense pouvoir te rendre le reste de ton com' qui visiblement ne m'est pas destiné!

Alice 24/10/2006 19:54

Moi je suis exactement du même avis que Bill "Alphonse" c'est vraiment un livre très intéressant. Voir mes impression sur mon blog concernant ce livre Alphonse. Je t'encourage à lire Alphonse ;)-

Cuné 24/10/2006 18:06

Ah, mais oui, bien sûr ! Je l'avais oubliée, cette Ophélie !! :-D

Laure 24/10/2006 17:13

Pour Cuné : je suppose que la blonde O.W., c'est Ophélie Winter.
J'ai entendu une présentation de ce livre il y a peu et ça me faisait vraiment envie, du coup avec la fin que tu annonces, Anne, je ne sais plus trop... (mais enfin il est à la bib, si un jour ça me dit)

Cuné 24/10/2006 14:48

C'est qui O. W ?

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone