Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 12:30

Denis Lachaud? Je l'ai découvert avec "J'apprends l'Allemand", continué de l'apprécier avec "La forme profonde",  et "Comme personne" vient conforter mon admiration pour cet auteur!

 

Estelle est une jeune trentenaire heureuse et libre. Quand elle rencontre William, elle pense avoir rencontré l'amour de sa vie. Mariée puis mère d'une petite fille, sa certitude s'effondre. Trop exigeant, trop directif  William détruit les sentiments de son épouse.

Ne plus rien pouvoir choisir seule, être dévalorisée et perdre confiance en elle, ne plus être en accord avec son tempérament: puisque c'est ainsi que se caractérise sa vie d'épouse, Estelle part. Elle ne désire plus que des relations sexuelles éphémères, dénués de sentiments. Pourtant, la liberté a aussi ses limites. Redevenir indépendante est-ce un gage de bonheur?

 

J'ai beaucoup aimé ce roman où les sentiments des femmes sont traités avec sensibilité, sans indulgence ni critique. J'ai trouvé Estelle très attachante. Elle est indépendante mais a du mal à trouver le juste milieu entre l'abnégation et l'émancipation... Un peu comme chacune de nous, quand il  nous faut jongler entre nos multiples facettes. En tout cas, si ce livre n'avait pas été écrit par un homme on aurait pu le cataloguer comme féministe!

Je donne un autre "bon-point"  pour les autres personnages qui n'ont de secondaires que le nom. Vivianne la meilleure amie, Walter le beau-fils homosexuel, Vincent l'amoureux timide ont, tous, autant de personnalité qu'Estelle.

 

L'année dernière Denis Lachaud a publié "Le vrai est au coffre", j'attends avec impatience sa sortie en poche pour me l'offrir.

 

(Actes Sud ou Babel)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

In Cold Blog 05/11/2006 17:11

Comme d'habitude, quand on dit du bien d'un des mes auteurs préférés,  ton billet m'a réjouit. Je n'aurais qu'un bémol à t'adresser : n'attends pas la sortie de Le Vrai est au coffre pour le lire. Pour moi, il est encore meilleur que celui-ci, et le bonheur n'attend pas, pas  vrai?

Anne 05/11/2006 18:36

Tu n'as vraiment pas pitié de mon compte en banque...
Et qu'as-tu pensé de "La forme profonde"?

yue yin 28/10/2006 22:26

JE ne conniassais pas cet auteur mais ta critique me donne très envie de trouver un de ces livres... avec un peu de chance mon ersatz de bibliothèque pourra me dépanner...

clarabel 27/10/2006 16:56

Tiens, tiens... nos lectures se ressemblent !!! J'avais aussi apprécié ce livre de Denis Lachaud, j'avais déjà lu "j'apprends l'allemand" avant celui-ci. Donc je m'attendais à un sujet dérangeant, comme toujours. Il y a un très bon démarrage, des personnages authentiques, et puis d'un coup .. ça glisse. J'ai toujours ce sentiment avec cet écrivain, pas toi ? Ses romans titillent toujours le lecteur, ne le laissent jamais en paix.
Je n'ai pas lu "la forme profonde" mais par contre j'ai bel et bien lu "le vrai est au coffre" : encore une histoire qui ne laisse aucun repos au lecteur, tu verras ! ;-)  On ne parle pas assez de Denis Lachaud, on devrait... c'est "une plume" plutôt marquante et qui laisse son empreinte dans le temps...

Anne 28/10/2006 09:37

Tamara, Elfe, Amandine je vous souhaite une belle rencontre avec Denis Lachaud.
Car, comme tu le dis si bien, Clarabel, c'est un grand "titilleur". Impossible de ne pas être imprégnée de ses mots. Lis vite "La forme profonde" et moi je suis encore plus impatiente de me plonger dans "Le vrai est au coffre".
Pour la petite histoire mon exemplaire de "J'apprends l'allemand" est dédicacé. Denis Lachaud était venu lire une de ses pièces de théâtre à la médiathèque...souvenir d'un moment magique...

amandine 27/10/2006 11:05

Juste ce qu'il me faut en ce moment. Merci pour ta critique.
 
 

elfe 27/10/2006 10:44

MMMM Moi aussi je crois que je vais succomber!!
Merci , je ne connaissais pas du tout cet auteur...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone