Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 10:22

Je vous ai déjà parlé de Jacqueline Harpman cette auteure belge que j'adore lire. Encore une fois, avec ce roman,  j'ai eu quelques heures de plaisir.

 

Aprés 6 ans d'absence, Charlotte revient dans sa ville natale. Elle retrouve Bernard qui a partagé ses années étudiantes. Leurs retrouvailles troublent la femme de celui-ci. Pourquoi racontent-ils si peu leur passé, pourquoi n'évoquent-ils pas toutes ces anecdotes nostalgiques qui pimentent les conversations d'anciens amis? Et surtout pourquoi la bande des 5 lurons de l'époque ne se reforme-t-elle pas? L'épouse dévorée de curiosité, décide d'un stratagème pour répondre à ses questions. Nous savons tous, pourtant, que la curiosité est un vilain défaut qui peut vite se révéler dangereux...

 

Si l'intrigue peut, d'aprés ce résumé, vous accrocher: c'est bien. Mais ce roman est aussi autre chose. L'auteure s'inclue dans son roman. Eparpillées au fils des lignes, elle glisse quelques commentaires personnels : ses personnages qui deviennent indépendants, l'histoire qui d'elle-même prend des directions autres que celles qu'elle désire écrire. Ce style d'écriture rend la lecture un peu laborieuse, par contre le suspense en est enrichi et d'autant plus intriguant.  D'ailleurs est-ce vraiment l'écrivain ou un tiers personnage de l'histoire qui s'incruste dans le roman?

Peut-être pas le livre à lire pour découvrir Jacqueline Harpman....quoi que, pourquoi pas aprés tout...

(Espace nord) : Une édition que je ne connaissais pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

cathe 31/10/2006 17:42

Je note ce titre-là de Jacqueline Harpmann. J'en ai déjà lu 2 ou 3 d'elle qui m'ont beaucoup intéressée. C'est toujours très introspectif (il faut dire qu'elle est psychanalyste)Et bon voyage à Amsterdam....

tamara 30/10/2006 15:58

Hum, billet bien troublant, en effet ! Je trouve cela un peu bizarre de trouver l'auteur dans son propre roman (comme Stephen King à la fin de la saga La Tour Sombre)... Un peu dérangeant, comme une auto-promo (mais en même temps, on a déjà acheté le livre !)...

Anne 31/10/2006 07:53

Kévin, je suis ravie que tu aies trouvé la formule magique pour ouvrir ma caverne! J'espère que tu ne seras pas déçu par ses trésors.
Tamara, dans ce roman aucune auto-promotion, je te le garantis!

choupynette 30/10/2006 10:52

J'allais te demander par quel livre commencer Harpman, mais Pom a donné les références. En tout cas, le résumé de ce livre m'intrigue...

kevin 30/10/2006 10:27

Chère Anne,
Merci pour ton message sur mon blog ! Je ne trouve pas de lien pour t'envoyer un mail, donc je laisse un petit message ici ! C'est gentil ce que tu m'as dit sur mon blog, ça fait plaisir !
On continue donc à se croiser sur nos blogs... Sur ce à très vite ! Et en ce qui concerne Jacqueline Harpmann, depuis le temps que son nom me poursuit à droite à gauche, peut être vais-je enfin m'y mettre... A rajouter sur ma LAL !!! Et merci pour ton blog, il est vraiment une vraie caverne d'Ali Baba aux mille trésors ! ;-)
(et entre bloggueurs... on se dit tu, ok ??!!)

pom' 30/10/2006 07:11

tu m 'as fait découvrir Jacqueline Harpman avec le passage des éphémères, j'ai par la suite lu l'orage rompu qui m'a aussi beaucoup plu, j'ai dans ma PAL en toute impunité, j'aime bien l'écriture de cet auteur , très agréable à lire.

Anne 30/10/2006 08:33

André, bonne lecture!
Pom', ton commentaire est de ceux qui m'émeut: je suis toujours très heureuse de savoir que j'ai pu faire découvrir un auteur. Moi aussi j'ai aimé "L'orage rompu", et comme toi j'ai "En toute impunité" dans ma PAL. Tu pourras aussi essayer de trouver "Moi qui n'est pas connu les hommes", c'est un roman surprenant.

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone