Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 16:50

Je n'ai trouvé qu'une chose bien à ce roman de Philippe Labro: il appartient à la biblio du CE! Au moins, il ne m'a rien couté et n'encombrera pas mes étagères! 

 

 

Clara a 30 ans et  le coeur brisé par l'abandon de son amant. Franz a 12 ans et une enfance fracassée par la mort de ses parents. Clara est violoniste et Franz est collégien. Chaque midi, ils partagent leur déjeuner sur un banc au bord d'un lac suisse. L'enfant devient amoureux de l'adulte...

 

Vous aimez les romans à l'eau de rose, ceux destinés aux midinettes d'environ 12 ans? Alors vous pouvez peut-être lire ce livre. Personnellement, sans doute beaucoup trop âgée pour ce genre de littérature, je me suis ennuyée à mourir et ai ressenti autant d'émotions que si je m'étais plongé dans la lecture d'un quelconque mode d'emploi d'un appareil électroménager!

Certains sujets auraient pu être exploités pour donner une certaine consistance à l'histoire: la solitude des enfants précoces ou la difficulté pour un musicien à devenir virtuose. Que nenni, je n'ai trouvé que du vide.

Bon allez,  j'arrête de faire ma critiqueuse. Surtout que j'ai quand même ri . Par exemple en lisant ceci: "Je suis prêt à t'aimer sans être aimé en retour. Tout ce que je te demande, c'est de ne pas briser mon coeur." Cette phrase déjà mièvre devient carrément ridicule prononcée par un surdoué.

De Philippe Labro, j'avais lu  "Tomber sept fois, se relever huit", parce que le thème de la dépression m'intéressait: un livre que j'avais trouvé beaucoup plus éloquent.

 

(Albin Michel)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Rémy 28/11/2006 17:32

Je vois que les avis sont partagés (Dont certains sont virulents !) en rapport à ce roman, alors voilà, je vais un peu à contresens de votre analyse, puisque j'ai fait l'achat de Franz et Clara, sans honte et sans remord. Pour tout dire, j'ai aimé l'univers de Philippe Labro et cette simplicité entre deux individus, une relation amoureuse certes épique et conventionnelle, qui prend un certain volume que j'ai jugé tout sauf de la "midinette". Je défend l'auteur, car je sais qu'il revient de loin après "Tomber sept fois, se relever huit", et qu'il véhicule à travers Franz et Clara un certain calme, un style feutré et élégant que je trouve particulièrement agréable à lire. Il est vrai que l'histoire n'apporte en rien l'extraordinaire et l'évasion, que c'est un peu rose et stéréotypé, mais outre un style fluide, la simplicité de l'histoire donne parfois beaucoup plus de plaisir à lire que certains autres livres de nos auteurs contemporains indéchiffrables, pourtant aussi midinette dans l'idée mais avec un certain sens de la métaphore qui enveloppe le style...Très intéressant ce petit "débat". Bonne soirée et bien à vous. Continuez à lire autant...Rémy

Anne 29/11/2006 07:57

Merci Rémy d'avoir pris le temps d'écrire ce commentaire, il est bien de pouvoir lire plusieurs avis sur un livre.
Je réussi très bien à trouver du plaisir avec une lecture simple mais là, pour moi, le simple était plutôt simplet et cette nuance a suffi pour que je sombre dans l'ennui.
Je sais par où est passé P.Labro, puisque, comme je l'ai nôté j'ai lu "Tomber 7 fois...", mais je me refuse à écrire une critique indulgente par compassion. En créant ce blog, je me suis promis de rester sincère. J'en éprouve quelquefois honte ou remords, mais ne pas mentir c'est aussi respecter ceux qui me font l'honneur de me lire.
J'espère que nous rejoindrons sur d'autres livres...
Merci de votre visite, à bientôt j'espère.

Laure 07/11/2006 13:22

ça tombe bien, je n'avais pas prévu de l'acheter !
Nuance Anne, tu ne critiques pas "un auteur" (sa personne) mais l'une de ses créations littéraires, que pour des raisons que tu expliques, tu n'as pas aimée. Donc : C'est pas si grave ;-)) tous les auteurs ne peuvent pas être bons tout le temps !

Anne 08/11/2006 08:45

Merci Laure pour le "c'est pas si grave" qui allége un peu ma mauvaise conscience!
Tu as tout fait raison de distinguer l'auteur et ses créations.Pour mes mauvaises critiques j'essaie de le faire. Par contre quand je suis réellement emballée par un livre c'est l'écrivain lui-même que j'admire, sa capacité à écrire si bien, plus que son oeuvre.

tamara 06/11/2006 16:20

Chère Critiqueuse,
Merci de m'avoir fait rire avec ce billet. Je ne manquerai pas de NE PAS acheter ce Labro.
Tamara, non-midinette affirmée.

Anne 07/11/2006 08:45

Aucun commentaire pour l'instant qui défende ce roman: vous allez être obligée de me croire sur parole! J'en éprouve, quand même, une certaine culpabilité: critiquer un auteur c'est vraiment quelque chose qui me met mal à l'aise...

gambadou 06/11/2006 16:16

Très bien, j'attendais un commentaire sur ce livre pour savoir si il fallait le rajouter à ma liste, un de moins !!!!

choupynette 06/11/2006 16:15

circulez ya rien à voir!

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone