Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 08:51

 « L’affaire du petit Grégory Villemin » romancée, je ne m’y serais, sans doute, pas intéressée. Les reprises de faits divers médiatiques très peu pour moi, surtout si elles ne servent qu'à "mettre de l'huile sur le feu" ou à relancer un écrivain en perte de tirages. Mais là c'est écrit par Philippe Besson. J’aime tellement cet auteur que j’ai décidé de continuer à lui faire confiance et de lire son livre. Après tout, avant lui Emmanuel Carrère (entre autres) avait bien publié, après les excellents « La moustache » et « La classe de neige », « l’adversaire » que j'avais bien aimé.

J'ai été vite rassurée: je n' ai lu aucune révélation pouvant susciter un quelconque scandale.

 
Comment, alors que le lecteur connaît toute l’intrigue, son début, ses rebondissements et son dénouement, peut-il être captivé par sa lecture ? Je ne connais pas la réponse, je peux juste signaler que cette aberration est possible. Peut-être parce qu'alors ne restent, pour le lecteur, que les émotions brutes. Mais encore faut-il que l'auteur soit capable de les provoquer. Et voilà comment j'ai retrouvé le talent de Philippe Besson. C’est incroyable la gamme de sentiments que m’a offert ce roman. La gorge nouée et le ventre douloureux j'ai subit l'assaut d'explosions de compassion, d'envies de révolte, d'accès de colère, de bouffées de malaise. Sa lecture ne m’a rien épargné ! 
 
 
Monsieur Besson, je vous salue bien bas. Ceux qui critiquent votre décision de rédiger une fiction "tirée d'un fait réel" sont, peut-être, tout simplement incapables d'être réceptifs à la beauté de votre écriture.
 
 
 (Grasset)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Barbabella 10/01/2007 00:59

Entre Tats, Amandine et toi, je pense que je vais pardonner à Besson son "Instant d'abandon" (qui porte bien son titre pour le coup ! ;-) et chercher activement à la biblio "L'enfant d'octobre". Merci !

Anne 10/01/2007 07:56

Alors bonne lecture!

clarinette 12/11/2006 21:12

J'ai lu et aimé L'adversaire d'Emmanuel Carrère récemment. Ce que tu dis de ce livre me tente beaucoup. Je le note dans ma "LAL", j'y ai déjà noté L'arrière-saison. Décidément, Besson est un auteur que je dois m'empresser de découvrir !

Anne 13/11/2006 08:49

Oui, oui Clarinette empresses-toi!

amandine 12/11/2006 15:45

J'ai commandé le livre sans savoir de quoi il parlait étant une inconditionnelle de Philippe Besson.
Quand j'ai ouvert le livre et que j'ai vu de quoi cela parlait, je l'ai refermé.
Mais ta critique heureusement me donne envie de le reprendre. Merci à toi

Anne 13/11/2006 08:48

J'attends ton avis avec impatience!

Tatiana de R. 11/11/2006 15:51

Eh bien pour moi, c'est un des meilleurs livres de Philippe Besson. l'ambiance, l'ecriture, tout m'a plu.

Anne 12/11/2006 09:21

Tamara, tu peux ajouter aussi "Son frère" et "L'arrière-saison"!.  Tatiana, contrairement à toi, je suis incapable de classer un roman de P.Besson meilleur que l'autre: ils sont tous...meilleurs!

tamara 09/11/2006 16:08

...j'ai retrouvé P.Besson dans ma LAL, "En l'absence des hommes", conseillé par... Anne ! :-)

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone