Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 08:49

Deux soirées ciné diamètralement opposées ce week-end!

 

Scoop 

Samedi, nous avons vu la comédie-policière de Woody Allen. Quand même beaucoup plus comédie que policier, ce film est un régal! Morosité hivernale, fatigue de la semaine ou soucis quotidiens seront vite anéantis par ce clown de talent qu'est Woody! Une fois leur bonne humeur installée, les messieurs se laisseront séduire par la très jolie Scarlett Johanson, tandis que les dames ne perdront pas la leur puisque seul le très sexy Hugh Jackman ne comptera plus à leurs yeux!

Ici les avis beaucoup plus élaborés de Lorraine, dePapillon et de Philippe.

 Le labyrinthe de Pan

Dimanche, c'est ce film de Guillermo Del Toro que nous avons vu. Là plus question de rires. Ce conte fantastique déclanche toute une gamme d'émotions fortes loin de tout humour.

En 1944, la guerre est finie, mais l'Espagne est encore sous la dictature de Francisco Franco. L'un des postes armés, installé en pleine campagne est dirigé par l'autoritaire capitaine Vidal. Sa femme enceinte le rejoint avec sa fille Ofélia née d'un précédent mariage. La fillette d'une dizaine d'année est une fervente lectrice de contes féeriques. Tant et si bien que son imagination stimulée lui permet de se projetter dans un monde magique plutôt que de vivre la vraie vie où sévie la cruauté de son beau-père, la tristesse de sa mère ou la terreur de la servante rebelle au régime.

Pendant tout le film, le réalisateur nous projette successivement dans 2 mondes: le réel, cruel, où les scènes de violence sont quelquefois insoutenables et l'imaginaire, un pays de merveilles comme celui d'Alice, où les monstres sont moins méchants que les hommes. La méthode du "chaud-froid" est utilisée ici de manière implacable. Aucune chance de rester sans émotions!

Je ne peux pas conclure sans souligner la qualité des décors du monde merveilleux qui nous redonnent une âme d'enfant et le talent de la toute jeune actrice Ivana Baquero. Ses grands yeux sont magnifiques et, à mon avis, déjà révélateurs d'une grande comédienne.

Pour moi, un film inoubliable.  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Valiiiii 17/11/2006 09:26

Très bon choix!  Voilà je n'ai pas perdu de temps...  Ton blog est pas mal...Donc je reviendrai faire un p'tit tour de temps en temps...
Bsx à toute la famille!

Anne 17/11/2006 09:26

A bientôt Sophie et Vali!

lily 16/11/2006 10:57

Je suis une fan inconditionnelle de Woody Allen.. Il faut vraiment que je prenne le temps d''y aller...

Anne 16/11/2006 11:41

Je ne sais pas ce que pensent les fans inconditionnels de ce film par rapport aux précédents...

tamara 14/11/2006 15:25

Dire que je rechignais à aller voir le Labyrinthe malgré les incantations de Monsieur ... je vais faire un heureux grâce à toi ;-)

Anne 14/11/2006 18:37

J'espère que je vais aussi faire une heureuse!

virginie 13/11/2006 20:24

Je suis allée voir le labyrinthe de pan également ce week end, et je ne suis d'accord avec toi, c'est vraiment un film à voir. Mais ne vous fiez pas à allocine pour le genre, ils le classent dans l'horreur/fantastique, mais absolument pas, même s'il y a quand même quelques scènes assez violentes

Philippe 13/11/2006 16:07

Scoop, c'est du bonheur en effet ! (Mais parle aussi de Scarlet (for the man))
Pour "Pan" je me posais la question, c'est pourquoi je suis ravi de trouver ta critique.
Merci

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone