Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

25 décembre 2006 1 25 /12 /décembre /2006 10:43

 

A 14 ans, Alison Smith perd son frère aîné qui, à 18 ans, se tue dans un accident de voiture. Adulte, elle écrit le récit de sa famille devenue bancale.

Comment continuer à vivre " quand le chagrin rend le familier et le quotidien étrange"? Comment l'enfant peut-elle devenir "quelqu'un" quand elle n'est que "ce-qu'il-leur-reste" pour ses parents, quand elle n'est que "celle-qui-a-perdu-son-frère" aux yeux des autres?  

 

J'ai emprunté, à la bibliothèque de CE, ce récit sans raison. Ce qui, pour moi, est rare: je suis, en général, préalablement alléchée par une critique, un auteur ou une couverture. Et quand, à la fin, de ma lecture j'ai cherché, pour la coller ici, la photo du livre, j'ai été très surprise de ne trouver aucun avis d'internaute dessus: sujet difficile, mauvaise promo de l'éditeur? En tout cas ce texte a l'air de trouver difficilement ses lecteurs.

C'est dommage: moi, sans avoir éprouvé d'émotions intenses, je l'ai pourtant beaucoup apprécié. Alison Smith raconte l'histoire brut de son deuil. Elle ne fait pas pleurer: un jour elle constate que le désir de vivre revient et a voulu communiquer ce message tout simplement.

Marie Desplechin a préfacé ce récit et noté: la narratrice a su nous rappeler que "l'expérience de vivre passe par la traversée du deuil et de l'amour". Tout est dit.

 

Pour finir, je vous offre cet extrait sur l'adolescence. Je l'ai trouvé très juste.

 

"_  Et lui. fis-je en indiquant mon frère d'un geste du menton.

_ Il a des douleurs de croissance.

_ Qu'est-ce que c'est?

_ C'est quand vos pensées sont trop grandes pour votre tête.

_  Ca fait mal?

_ Ca peut.

_ Il va en mourir? demandai-je.

Maman me considéra sans mot dire pendant quelques secondes. Puis elle éclata de rire. Elle se tourna vers Roy.

_ Non, il n'en mourra pas."

 

(Plon)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Patch :0055: 26/12/2006 14:16

Pas d'avis d'internaute? Voilà qui est fait, il en faut bien un premier...;o) Je le note,il me plaît,donc bientôt un deuxième....

Anne 27/12/2006 08:14

Cathulu, tu qualifies très bien ce récit "tout en retenue": c'est exactement cela.
Alors Patch tu prépares ta liste de Noël 2007!

cathulu 26/12/2006 10:20

Ce livre tout en retenue m'avait bouleversée...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone