Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 08:05

Sans doute êtes-vous déjà nombreux à avoir lu ce roman de Dominique Bona récompensé par le Prix Renaudot en 1998. Moi, je l'avais depuis plusieurs années dans ma PAL, et me suis enfin décidée à m'y plonger.

 

Au 18ème siècle, une vieille femme, au terme de sa vie, écrit une ultime confession pour ses descendants. Plus de 2 siècles plus tard, ils envoient le manuscrit à un petit éditeur indépendant. Celui-ci sera comme envouté par la narratrice. Mariée par sa famille à un colon, elle vit à St Domingue un amour charnel exacerbé par les violences déclenchées pour l'abolition de l'esclavage et l'indépendance de l'ile.

 

S'il n'y avait qu'un adjectif à écrire pour caractériser ce roman, je noterai "riche". Le texte, sous un style simple, est riche en images: couleurs(vives des fleurs, sombres des peaux..), saveurs(épices, fruits confits...), parfums(encens, fleurs...), sons(tam-tams, musiques africaines...) ont titillé mon imaginaire et mes sens. Dès que je reprenais mon livre en main je me retrouvais à Haïti, comme par magie..."Magie"? Oui, justement comme dans le récit où l'intrigue se crée autour du vaudou, des incantations, des superstitions.

Malgré le sujet, ce roman n'a rien à voir avec ceux du genre "Louisiane" ou même "Autant en emporte le vent". Les sentiments amoureux de l'héroïne ne sont pas le coeur de l'intrigue. Le contexte historique de l'île et de la France colonisatrice au moment de la révolution est placé au premier plan...Très bien pour ma culture générale plutôt moyenne!

Et le problème du métissage est constamment présent. Tous ces "bâtards" qui avaient en eux du sang blanc et noir souffraient d'un problème d'identification: ni esclaves, ni libres, tiraillés entre deux cultures et dédaignés par chacune. Cela ne vous fait pas penser à quelques questions actuelles? Au début du 21ème siècle, les nouvelles générations issues d'immigrés, nées en France savent-elles vraiment où se situer? Les années passent et certaines choses ne changent pas...

Ce roman m'a apporté 2 semaines de plaisir, d'évasion et de réflexion. Un vrai régal qui me donne envie de découvrir si les autres publications de Dominique Bona sont de la même graine.

Quelques extraits ici .

 

(Livre de poche)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

nana 07/02/2007 17:41

je trouve ces textes tres sensuelle je lis une biographie des plus sansationnelle

jos du livrophile 22/01/2007 17:18

J'aime beaucoup Dominique Bona et particulièrement ce prix Renaudot... Ecriture très sensuelle, souffle romanesque, grand livre ;)

Anne 23/01/2007 07:53

Ecriture sensuelle? Oui, tout à fait d'accord avec toi!

Nina 21/01/2007 10:09

C'est un livre que j'ai lu il y a quelques années il est vraiment très bien et sa bio de Berth Morisot est dans mes projets de lectures.
A bientôt

Anne 21/01/2007 10:25

Bellesahi, Flo,Patch, Jules, Choupynette bon prochain voyage à St Domingue...
Je note "Berthe Morisot" et "Camille et Paul": je lis peu de biographies, mais pourquoi pas après tout...

Bill 20/01/2007 19:53

Je l'ai lu il y a longtemps, et il m'avait enchantée, moi aussi . Elle a également écrit la biographie de Berthe Morisot, la peintre impressioniste (Berthe Morisot, le secret de la dame en noir) qui mérite absolument la lecture ...

anne 20/01/2007 19:34

Je fais partie des inconditionnelles de Dominique Bona. 
 
 
 
 

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone