Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 08:57

J'ai entendu parler de René Frégni pour la première fois grâce à Clarabel. Je n'ai pas lu "L'été" dont elle parlait mais cet autre roman.

 

Lucien, doux rêveur, et Pierrot, beau et gentil petit truand, sont amis, de Vrais amis. Ils vivent à Digne, dans les Alpes de Haute-Provence, une vie sans trop de contraintes. Une pièce sous des combles pour manger et dormir, des boulots au noir et minis larcins pour vivre. Lucien, recueille Lili, une gentille chienne et Pierrot couche avec Alice, une belle fille un peu paumée. Quand un duo devient un quatuor la vie ne peut pas rester aussi nonchalante...

 

 

Il est des romans qu'on lit distraitement parce que l'écriture est douce, le style tout simple, que l'histoire coule tranquillement. Au gré des pages, on éprouve quelques bouffées de tendresse pour des personnages attendrissants, on sourit devant leurs mésaventures, on tremble un peu pour eux. Bref, on se laisse bercer sans méfiance. Et puis arrivent les 20 ou 30 dernières pages, et là...bing! Le coup de point! Finie l'histoire tranquille...on ne s'est pas méfié alors on prend des directs en plein coeur. Mais surtout on se rend compte que ce qu'on croyait lire, n'était pas ce qu'on lisait.

"Les nuits d'Alice" est de ces romans....

 

(Folio)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Killroy 01/02/2007 16:15

Tiens tu as éveillé ma curisité là... A suivre donc ! :)

Hervé 29/01/2007 20:24

Comme tout le monde j'aime beaucoup cet auteur! Mon préféré est "Elle danse dans le noir"

Anne 30/01/2007 09:29

Celui-là est quand même souvent cité dans vos préférés....

laurence 28/01/2007 10:46

Sans pitié? Non non, juste un échange de bon procédés ! Il n'y a pas de raison qu'il n'y ait que mon banquier qui hurle ! :-D

Laurence 28/01/2007 10:22

Comme tout le monde, je suis intriguée par ta critique. Je vais donc m'empresser de l'ajouter à ma L.A.L.
Dans ce style (un roman où tu comprends à la fin que tu t'es fait ballader dans les grandes largeurs), connais-tu "La bête et la belle" de Thierry Jonquet?

Anne 28/01/2007 10:35

Alors, Laurence, toi aussi tu es sans pitié pour ma LAL!
En fait, pour ce qui est des "nuits d'Alice", c'est plus sur le style du roman qu'on se fait "avoir" que sur l'intrigue. Ce qui est très bien aussi!

katell BOUALI 27/01/2007 18:09

Ton billet m'a donné envie de lire ce roman. Je le note dans ma LAL...le blogag littéraire est sans pitié vraiment!!

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone