Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 08:10

Un film sur Molière et de surcroit avec Fabrice Luchini, vous pensez bien que je ne pouvais pas résister!

 

Dans la biographie de Molière, il apparait une disparition de quelques mois en 1645. Qu'a t-il pu vivre pendant cette période? Le réalisateur Laurent Tirard, l'a imaginé...

Tous les personnages de Molière, ne seraient pas sortis tout droit de son imagination; il les aurait côtoyé "en vrai", caricaturés, puis mis en scène. Historiquement est-ce crédible? Je ne sais, et  peu m'importe. Même si tout n'a été qu'un prétexte, il en sort un film plein d'humour.

 

 

C'est vrai, que certains peuvent s'agacer du comique groteste de certaines scènes (comme, par exemple, la poursuite du chien argneux) , moi j'y vu justement le reflet des farces de Molière. Le film est espiègle comme devait l'être son esprit.

J'ai pris aussi un réel plaisir à voir cet hommage au théâtre et à ses comédiens. Laurent Tirard met en valeur tout le travail que fournissent les acteurs. Les quelques scènes où Romain Duris (Molière) fait des démonstrations d'improvisations ou donne des leçons d'imitations sont extraordinaires. Si le cours Florent propose ce style d'entrainement, il n'est guère étonnant que les élèves en sortent si bons!

 

En vrac, quelques derniers "bon points" :

Outre les talents incontestables de Fabrice Luchini et Romain Duris, Laura Morante est sublime (comme une femme mature sait si bien l'être !), Ludivine Sagnier une précieuse convainquante de ridicule (ou l'inverse si vous êtes un homme!) et Edouard Baer est à la hauteur de ses partenaires.

Les décors et costumes sont magnifiques. La B.O parfaitement adaptée.

Le scénario est, judicieusement, parsemé de répliques "cultes" ; il a ravivé quelques agréables souvenirs de collègienne!

Molière craignait qu'en comparaison avec les tragédies ses comédies semblent de moindre qualité. Tout comme l'histoire a prouvé qu'il avait tort, ce film prouve que les divertissements peuvent aussi être de l'art.

Maintenant,  je ne sais pas ce qu'en penseront les profs de français...

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
il faut il fô aller le voiren attendant :http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18719664&cfilm=109959.html
Répondre
C
je retrouve dans ta critique ce que j'ai ressenti à la vision de ce film.. un régal!! et c'est vrai qu'après Blood Diamond, ca fait du bien!!
Répondre
A
Moi j'y vais demain mais sans grande conviction. Je sens que cela va être une critique difficile à faire.
Répondre
A
Quelquefois, nous allons voir un film sans conviction et nous sommes agréablement surprises....
B
Ben non parce que canalblog ne veut être vu aujourd'hui !!!!!! M'éneeeeeeereveuuuu !
Répondre
B
La critique de Monsieur est sur mon blog !!! Tu peux venir la lire quand tu veux !!!
Répondre
A
J'arriveeeeee!!!!

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone