Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 10:42

Suite à l'avis de Loupiote sur "Les chutes", je me suis rappelée que je voulais lire Joyce Carol Oates depuis bien longtemps. Et jeudi, à la bibliothèque du CE, alors que je mettais promis de ne rien emprunter afin de diminuer ma PAL, je trouve un de ses romans. Encore une promesse de LCA pas tenue...

 

 

 

Il fait bon à Niagara, ce soir du 4 juillet 96. La fête nationale fut fêtée dignement. Tina, jeune veuve  et sa fille de 12 ans Bethie vont rentrer chez elles en passant par le parc. La maman va perdre sa quiétude, la fillette son enfance...

 

 

 

Par chez nous, dans le vignoble, on emploie une expression pour le mauvais alcool fort : "C'est un vrai tord-boyaux!". Quand on le boit, il brûle la gorge, irrite l'oesphage, contracte l'estomac et donne des spasmes aux intestins. On veut reboucher la bouteille, mais une ivresse bienheureuse commence à envahir le cerveau. Alors, on reboit une gorgée en sachant pertinemment qu'elle va, à nouveau, "tordre les boyaux"... Chacune des lignes de ce livre m'a donné les mêmes sensations. Il me brûlait les doigts, pourtant, impossible de le refermer, de ne pas reprendre une lampée de mots...Connaître à la fois la douleur et le plaisir d'une lecture intense est décidemment très enivrant.

Merci, Loupiote, ce roman sur la nature humain restera une "lecture-découverte" inoubliable. Je commence une histoire d'amour avec Joyce Carol Oates....

 

(Editions Philippe Rey)

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne - dans Lectures
commenter cet article

commentaires

Lou 17/03/2007 18:38

J'ai vu ton commentaire sur "Au fil des mots" et je me suis empressée de voir ce que tu avais écrit sur "Viol". J'ai l'impression que ce livre est dans la même veine que les deux Joyce Carol Oates que j'ai lus, "Je vous emmène" et "délicieuses pourritures". J'ai très envie de poursuivre ma découverte de cet auteur qui m'a conquise !

yueyin 07/03/2007 20:57

Moi aussi j'ai mis Joyce Carol Oates sur ma liste d'auteur-à-lire-absolument pour 2007... quel titre je ne sais pas encoire, celui-ci semble excellent mais je ne suis pas sûre de pouvoir le lire une telle historie ! a voir

Anne 08/03/2007 07:48

Pour le titre tu as le choix: sa bibliogaphie est importante! Bonne lecture!

choupynette 03/03/2007 18:55

En ce qui me concerne j'avais été happée par Les Chutes,un superbe roman.
celui-ci est bien sûr sur ma liste, meme si j'ai été vraiment déçue par Au commencement était la vi, que j'ai chroniqué. Je ne suis jamais entrée dans l'histoire, et ai détesté l'héroïne, si l'on peut l'appeller ainsi...

Anjelica 03/03/2007 00:33

Et bien à rajouter sur ma LAL mais à lire quand le moral est au beau fixe.

Anne 03/03/2007 09:12

Pas forcément: ce roman est difficile mais pas pessimiste. Et quand le moral n'est pas au beau fixe, il peut même aider à remettre les tracas à leur juste place...

Tamara 26/02/2007 15:16

Mwoui, je crois que j'essaierai autre chose de cet auteur...

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone