Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Insatiable lectrice
  • : Autour de ma vie gravitent des mots, des images, des émotions... Entrez dans ma constellation!
  • Contact

je suis heureuse de vous accueillir pour partager avec vous toutes mes lectures, beaucoup de mes émotions et un peu de ma vie.

Recherche

Archives

Cette semaine

20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 07:59

Mes précédentes lectures assez difficiles m'avaient donné envie de légèreté. Ma PAL m'offre peu de choix dans cette catégorie de romans (sans doute, n'est-elle pas assez haute...). J'ai donc choisi ce premier roman de Corinne Rousset, sans grande motivation.

 

Julie est attachée de presse dans une prestigieuse maison de disques. Entre son mari, son bébé et ses trépidantes nuits avec toutes sortes de stars, elle considère sa vie comme une perpétuelle fête. Lors d'une soirée londonienne, elle rencontre Vincent. Un goût "d'autre chose" va, peu à peu, s'insinuer en elle et empoisonner toutes ses certitudes...

 

 

J'ai bien failli abandonner "Ils ont changé ma chanson" . La première partie est un cocktail de "Glamorama", "American psycho" et "Le diable s'habille en Prada" préparé à la française. Tout à fait le genre d'humour qui m'agace prodigieusement! Mais, au fils de l'histoire, Corinne évolue, devient plus humaine. L'histoire devient moins déjantée et le style perd de son cynisme pour laisser la place à une écriture sensible. Plus proche de ce que j'aime lire; si bien que j'ai finalement poursuivi ma lecture avec plaisir.

L'auteure, Corinne Rousset, a travaillé 7 ans dans le show-biz: a-t-elle caricaturé outrageusement ses coulisses et tout le marketing qui gravitent autour des artistes? Ou ce milieu est-il réellement aussi excessif? Personnellement, je suis peu intéressée par la question, mais peut-être certains d'entre vous y trouveront-ils une envie de découvrir ce roman, somme toute, distrayant.

 

(J'ai lu)

Partager cet article
Repost0

commentaires

E
Pour la chanson, il me semble me souvenir d'une chanteuse américaine  Mélanie
"What have they done to may song , ma"
Yvon.
Répondre
A
Ceci est un commentaire/tag, un truc que tu n'apprécieras pas parce que tu prétends être propriétaire de TON blog... Et pourtant, ici, dans la blogosphère, tu n'es que la chose du Libre, tu n'es, finalement que des mots cons mis bout à bout... Mais tu vois, je n'ai pas de mépris, je suis venir faire un tour chez "toi".
http://andy-verol.blogg.org
Répondre
A
Il aura fallu plus d'un an de blog pour recevoir mon premier tag! Me voilà, maintenant, une vraie de vraie blogueuse, merci Andy!
C
Tiens, ici, me voici en Dalida ;o)) :http://www.youtube.com/watch?v=ZAMZCZlfrtI
Répondre
C
Ah ? Pas pris mon comm ?Je disais : C'est Pétula Clarke qui chantait "Ils ont changé ma chanson" (dans le genre pas connue, je repasserai...haem)Mais je pensais - à tord - à Vicky Léandros.
Répondre
A
Connais pas....Tu pourrais peut-être la chanter, et mettre un clip en ligne sur ton blog?
G
un livre bof? je passe !!! pas de chance pour toi qui voulait respirer un peu. C'est donc effectivement que ta PAL n'est pas assez fournie !!!
Répondre

Articles Récents

Ces mots là,

je les ai savourés un peu plus que tous les autres.

Avec de nombreux patients, Ernest faisait intervenir le concept de regret dans la thérapie. Il leur demandait d'analyser les regrets que suscitait leur comportement passé, et les exhortait à ne pas entretenir de nouveaux regrets dans l'avenir. "Le but, disait-il, est de vivre de telle sorte que dans cinq ans vous ne vous retourniez pas en regrettant amérement les cinq dernières années qui se seront écoulées."

 

Irvin D. Yalom 

"Mensonges sur le divan"

J'adhére

Je revendique le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d'être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d'aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d'accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d'avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d'être infidèle, de moins aimer ce que j'ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s'exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d'ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d'être une lectrice.

Manifeste d'Antigone